Qu’est-ce qu’une douleur épigastrique et faut-il s’en inquiéter ?

Qu'est-ce qu'une douleur épigastrique et faut-il s'en inquiéter

Aussi appelée « épigastralgie », la douleur épigastrique est située dans la partie haute de l’abdomen. Généralement, on parle tout simplement de mal d’estomac. Mais concrètement, qu’est-ce qu’une douleur épigastrique et faut-il s’en inquiéter ?

Les symptômes d’une douleur épigastrique

Une épigastralgie est une douleur localisée entre le sternum et le nombril. Elle se situe plus précisément au niveau de l’estomac et du lobe gauche du foie. Elle provoque surtout une sensation de faim douloureuse, liée à un excès d’acidité dans la zone épigastrique.

Dans la plupart des cas, l’épigastralgie apparaît deux à trois heures après le repas et ne se calme qu’en mangeant des aliments alcalinisants (banane, pomme de terre, eau minérale, oléagineux, etc.). En effet, puisque le problème vient d’un excès d’acidité, ces produits alcalins vont rétablir le pH et calmer les douleurs.

Si ces douleurs sont très intenses ou persistent malgré la prise d’antidouleurs, vous devez consulter un médecin sans attendre. En effet, derrière une douleur épigastrique peuvent se cacher divers soucis de santé potentiellement graves, qui risquent d’empirer s’ils ne sont pas traités à temps.

Épigastralgie due à un ulcère gastroduodénal

L’origine la plus fréquente d’épigastralgie est la présence d’un ulcère gastroduodénal (UGD). Celui-ci creuse petit à petit les parois de l’estomac ou du duodénum (le premier segment de l’intestin grêle). Les autres symptômes possibles sont : sensation de brûlure derrière le sternum, difficultés à digérer, nausées, vomissements, perte d’appétit, amaigrissement, anémie ferriprive, diarrhée sanglante, etc.

En rongeant peu à peu la muqueuse, l’ulcère entraîne des douleurs récurrentes, accentuées lorsque l’estomac est vide. En effet, les sécrétions gastriques sont acides, ce qui permet de digérer les aliments mais agresse également la paroi gastrique déjà endommagée.

Le plus souvent, l’ulcère gastroduodénal est causé par une bactérie, appelée helicobacter pylori. D’autres facteurs, comme le stress et la consommation de certaines substances nocives ou médicaments peuvent aussi provoquer un UGD.

Si votre douleur épigastrique résulte d’un ulcère, vous devez impérativement vous soigner au plus vite, pour éviter que la muqueuse ne se troue totalement.

Gastrite entraînant des douleurs épigastriques

La deuxième cause la plus courante de douleur épigastrique est une gastrite. Cette maladie inflammatoire touche la paroi de l’estomac, et peut être chronique ou aiguë. Souvent sans gravité, la gastrite provoque des brûlures d’estomac et des soucis de digestion.

Comme l’ulcère, elle provient d’un excès d’acidité dans l’estomac. Elle peut d’ailleurs avoir les mêmes origines et provoquer des symptômes similaires. Consultez donc un médecin rapidement pour suivre un traitement adéquat, avant que votre gastrite n’évolue en ulcère !

Autres origines possibles

Enfin, une douleur épigastrique peut aussi survenir si d’autres organes proches sont malades. Par exemple, un infarctus du myocarde, un problème de pancréas ou encore une perforation du colon ou de l’œsophage peuvent provoquer une épigastralgie.

Dans ces situations, il est fréquent que des douleurs apparaissent aussi à d’autres endroits. Notamment, les organes affectés peuvent être douloureux. De même, la douleur peut aussi s’étendre dans le reste du ventre et irradier dans le dos (lombaires et/ou omoplates).

Pour finir, une épigastralgie est également fréquente chez les consommateurs réguliers de cannabis. On parle alors de « syndrome cannabinoïde ». La personne subit des épisodes chroniques de douleurs épigastriques, incluant aussi des nausées et des vomissements. Pour calmer ces symptômes, des douches et bains chauds sont assez efficaces. Et de manière générale, seul le sevrage stoppe définitivement le syndrome cannabinoïde. Dans le cas contraire, les crises vont continuer et s’aggraver, causant potentiellement plus de dégâts.

Conclusion

Une douleur épigastrique ponctuelle et peu intense n’est pas alarmante. Mais si elle persiste ou devient insupportable, consultez sans attendre !

Les commentaires ont été fermés.