Chirurgie de la mâchoire : dans quels cas est-ce indispensable ?

Chirurgie de la mâchoire : dans quels cas est-ce indispensable ?

Déformations, inesthétiques : on est parfois tenté d’avoir recours à la chirurgie de la mâchoire pour combler ces petits déficits. Dans certains cas, elle peut s’avérer indispensable, comme après un accident, mais parfois, elle ne reste qu’une option qu’il faut envisager avec beaucoup de précautions. Découvrez dans quels cas une chirurgie de la mâchoire est indispensable !

Pourquoi opérer sa mâchoire ?

Que ce soit pour des raisons indispensables, à titre mécanique ou esthétique, la chirurgie de la mâchoire est proposée à tous ceux qui le désirent, ou pourraient en avoir besoin.

Les retards ou les malformations de croissance

Au Canada, une grande partie de la population souffre de ce que l’on appelle une rétrognathie mandibulaire, ce qui correspond à une mâchoire trop reculée. En l’occurrence, cela peut se traduire par :

  • Les dents inférieures viennent toucher le palais
  • Les dents du haut sont parfois avancées, ce qui est inesthétique

On voit donc ici qu’une malformation de la mâchoire peut entraîner une double difficulté : à la fois mécanique, puisque cela est gênant au quotidien pour le patient, et esthétique, parce que ce dernier n’ose pas sourire.

Généralement, il y a deux types d’opérations possibles, en fonction de la situation :

  • L’ostéomie maxillaire, qui correspond à la mâchoire du haut
  • L’ostéomie mandibulaire, qui correspond à la mâchoire inférieure

Des cas courants sont observés sur la mâchoire inférieure, plus fréquemment sur la mâchoire supérieure.

Les cas indispensables

Dans certains cas, l’individu peut souffrir de ce que l’on appelle une « béance » : elle se traduit par des symptômes physiques et douloureux (dentition en désordre, douleurs fréquentes, inesthétiques), à cause d’une mauvaise connexion entre les deux mâchoires.

En revanche, d’autres cas nécessitent une intervention immédiate, et sans plus tarder :

  • Un traumatisme qui fait suite à un accident
  • Une malformation rétrognathe (mâchoire avancée) ou prognathe (mâchoire reculée), qui peut avoir des effets indésirables

Ces malformations peuvent provoquer une série de complications :

  • Claquements de dents
  • Élancements et douleurs dans les muscles
  • Malocclusion
  • Gêne au moment de mastiquer ou de parler
  • dans certains cas, la mâchoire qui craque est le début de complications futures…

Lorsqu’il s’agit de cas sévères, on parle de chirurgie maxillo-faciale.

L’opération chirurgicale de la mâchoire : un acte esthétique

Mais la chirurgie de la mâchoire ne s’effectue pas que dans des cas particulièrement sévères. Ainsi, il existe toute une procédure dite « esthétique du sourire », qui consiste à procéder à des opérations pour rendre aux patients leur envie de sourire.

C’est le cas des opérations suivantes :

  • Minimisation des gencives apparentes suite à un retrait de la mâchoire
  • La génioplastie, qui permet de corriger les imperfections liées au menton

Ces malformations peuvent aussi être sérieuses, mais elles n’entraînent pas les mêmes conséquences si elles restent telles qu’elles. Mais avant de se lancer dans une procédure, il faut savoir comment celle-ci se déroule.

Tout savoir avant l’acte chirurgical

Il faut savoir que la chirurgie de la mâchoire peut se complexifier avec l’âge. En effet, votre bouche est formée à l’âge adulte, de même que vos dents, votre palais. Difficile donc d’envisager une chirurgie de la mâchoire sans prendre en compte le reste.

En général, l’opération (soit maxillo-faciale, soit esthétique) sera pratiquée de concert entre un orthodontiste et un chirurgien. Le premier s’assurera de la bonne méthode pour arriver à l’objectif final (retirer, déplacer, remplacer une partie de la mâchoire), tandis que le second est celui qui pratiquera la quasi-totalité de l’opération.

En général, après une chirurgie de la mâchoire, il faut compter quelques jours de repos, sous traitement anti-inflammatoire, pour se remettre. Il est conseillé d’utiliser de la glace (notamment pour faire dégonfler d’éventuelles ecchymoses) et de manger des repas froids, pour favoriser la cicatrisation.

Dans tous les cas, le médecin vous renseignera sur votre procédure exacte à plusieurs reprises avant l’intervention : n’espérez pas obtenir une génioplastie ou une quelconque autre opération avant plusieurs semaines ! Vous aurez donc le temps vous préparer.

La chirurgie de la mâchoire est un acte important, qu’il ne faut pas prendre à la légère. Le niveau de gravité d’un problème lié à la mâchoire est aussi souvent lié au ressenti de l’individu : c’est pourquoi il faut discuter de vos envies le plus rapidement avec un professionnel du domaine, qui saura vous conseiller sur le fait que votre chirurgie est indispensable, ou non.

Les commentaires ont été fermés.