Published: Sam, Novembre 04, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Renault confirme l'achat de 10% des actions cédées par l'Etat

Renault confirme l'achat de 10% des actions cédées par l'Etat

Cette cession de 4,73% du capital du constructeur automobile, réalisée via un placement auprès d'investisseurs institutionnels, permet à l'Etat de redescendre à 15,01% du capital de Renault au terme de l'opération.

De plus, "en vue de la réalisation d'une offre réservée aux salariés et aux anciens salariés du groupe", le constructeur français a souhaité prendre part à cette opération et a donc acquis 1,4 million d'actions, soit 10% de l'ensemble des titres cédés par l'Etat. En cédant ces actions, l'Etat revient donc à 15,01 % du capital, tout en faisant une belle opération financière puisqu'il bénéficie d'une plus-value de plus de 55 millions d'euros selon l'Agence des Participations de l'Etat (APE).

Les 14 millions d'actions avaient été acquises à 86 euros en avril 2015, proche du cours de clôture de 86,60 euros le jeudi 2 novembre 2017 à la Bourse de Paris. Mais l'État s'était engagé à les revendre dans les deux ans.

Au terme de ce placement, l'État restera le premier actionnaire de Renault, avec 15,01% de son capital, Nissan étant à un niveau comparable avec 15%.

More news: Côte d'Ivoire : Le pdt Ouattara inaugure le barrage de Soubré
More news: Des manifestations féministes perturbent le lancement de la rétrospective Polanski
More news: Financement du G5 Sahel : une demi-victoire de la France à Washington

L'Agence des participations de l'Etat (APE) a annoncé la cession de 14 millions d'actions Renault le 2 novembre 2017, soit 2 ans et demi après leur acquisition "temporaire" en avril 2015.

Cette cession s'inscrit dans un ambitieux programme de cessions d'actifs pour 10 milliards d'euros, annoncé en juillet par le ministre des Finances, Bruno Le Maire, afin de financer un fonds destiné à l'innovation de rupture, promis par Emmanuel Macron pendant la campagne. "Nous sommes scotchés avec quelques pour cents de Renault que je n'arrive pas à vendre parce que le cours de l'action n'est pas suffisamment élevé", avait-il expliqué lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Le constructeur français veut proposer ces actions à ses salariés pour les faire participer aux performances du Groupe. Il mise sur la complémentarité de ses cinq marques (Renault, Dacia, Renault Samsung Motors, Alpine et LADA), le véhicule électrique et son alliance unique avec Nissan et Mitsubishi.

Like this: