Published: Ven, Novembre 03, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

L'immense projet d'un corridor entre l'Asie et l'Europe — Poutine à Téhéran

L'immense projet d'un corridor entre l'Asie et l'Europe — Poutine à Téhéran

Qualifiant la Russie de "pays ami" et de "partenaire stratégique de l'Iran", le président iranien Hassan Rohani, a estimé lui aussi que "la coopération de l'Iran et de la Russie a eu un grand effet dans la lutte contre le terrorisme" en Syrie.

Outre Hassan Rohani le président iranien, Poutine a également rencontré l'ayatollah Khamenei.

Le président russe Vladimir Poutine a, quant à lui, affirmé qu'il soutenait l'accord nucléaire signé entre l'Iran et les puissances occidentales. La preuve de la solidité des relations entre les deux pays. Les trois chefs d'Etat ont affirmé leur volonté d'intensifier leur coopération, notamment dans le domaine énergétique.

Ce qu'on sait, pour le moment, c'est que cette visite a permis au ténor russe des hydrocarbures, Rosneft (une entreprise semi-publique), de signer un accord avec la société publique pétrolière iranienne Nioc. Téhéran et Moscou se sont félicités de leur coopération dans ce dossier. La dernière visite de M. Poutine à Téhéran, en novembre 2015, avait consacré de façon ostentatoire l'entente parfaite entre la Russie et l'Iran sur la question syrienne. La centrale est entrée en service en 2011 et une cérémonie officielle a consacré, mardi dernier, une nouvelle phase des travaux d'agrandissement réalisés par l'agence nucléaire russe Rosatom, en charge de la construction de deux nouveaux réacteurs.

More news: Emmanuel Macron en Guyane, une visite sous tension
More news: Plusieurs personnes tuées par un conducteur à Manhattan — New York
More news: Calvados : un corps retrouvé en mer après le naufrage d'un chalutier

La Russie et l'Iran sont les principaux soutiens étrangers aux autorités de Damas face aux différents groupes rebelles, et parrainent, avec la Turquie, des négociations se concentrant sur les aspects militaires, humanitaires et techniques pour tenter de mettre un terme à la guerre en Syrie.

La visite de M. Poutine a eu lieu au lendemain de l'annonce par le Trésor américain de nouvelles directives mettant en œuvre une loi promulguée en août et instituant de nouvelles sanctions contre la Russie et l'Iran, deux pays que ce texte législatif qualifie d'"adversaires de l'Amérique".

Le guide iranien a jugé que la coopération entre Moscou et Téhéran était " utile " pour contrer ces mesures. Selon le Kremlin, ces discussions bilatérales ont porté essentiellement sur le conflit en Syrie et sur la situation créée par les menaces américaines à l'encontre de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015. Les présidents ont discuté durant ce sommet du projet de construction d'un tronçon de chemin de fer d'environ 170 km reliant l'Iran à l'Azerbaïdjan.

Like this: