Published: Ven, Novembre 10, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

L'Europe n'est toujours pas d'accord — Glyphosate

L'Europe n'est toujours pas d'accord — Glyphosate

Ce 9 novembre, la Commission européenne soumettait au vote un renouvellement pour cinq ans - contre dix ans puis 7 ans auparavant - de la licence du glyphosate. "La France est sur une position de trois ans", a-t-il indiqué, et si la proposition est différente, comme celle qu'a prévu de proposer la Commission européenne jeudi, " on votera contre ".

Une majorité de pays (14) se sont prononcés en faveur de la proposition de la Commission. "Prenant en compte ses obligations légales et le fait que l'autorisation actuelle expire le 15 décembre prochain, la Commission européenne va maintenant soumettre fin novembre la proposition à un comité d'appel", est-il précisé dans le communiqué. Quatorze ont voté pour, neuf contre (dont la France et l'Italie) et cinq se sont abstenus (dont l'Allemagne et la Pologne). Si, jeudi 9 novembre, la proposition de la Commission européenne est différente, "on votera contre", avait garanti le ministre de la Transition énergétique et solidaire sur BFMTV mercredi 8 novembre.

"Un bon résultat pour notre santé et l'environnement", s'est félicitée la ministre luxembourgeoise Carole Dieschbourg sur Twitter.

More news: Google teste des voitures 100 % autonomes, sans surveillance humaine
More news: Fekir n'est pas un robot — Deschamps
More news: Équipe de France : Koscielny arrêtera après la Coupe du monde 2018

La France, par la voix de Nicolas Hulot, proposait un renouvellement de trois ans. Mais la Commission européenne s'entête et a revu déjà cinq fois sa copie pour obtenir la prolongation de son autorisation de la substance. Si une fois encore aucune majorité ne se dégage - dans un sens ou dans l'autre - la décision reviendra entre les mains de la Commission qui clame depuis le début des discussions qu'elle ne donnera pas son feu vert à cette autorisation sans majorité claire. Mais le commissaire à la Santé Vytenis Andriukaitis a rejeté à plusieurs reprises l'idée d'assumer seul la responsabilité d'une décision de renouvellement, assurant qu'elle devait être "partagée" avec les Etats membres.

Pressée de formuler une nouvelle opinion scientifique sur la toxicité du glyphosate après qu'il a été classifié en 2015 comme "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'OMS, l'Efsa a eu une conclusion inverse.

Like this: