Published: Ven, Novembre 10, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Le parti de Saad Hariri réclame son retour — Liban

Le parti de Saad Hariri réclame son retour — Liban

Le fait d'avoir fait cette annonce depuis Riyad a notamment fait dire à de nombreux médias et responsables que Saad Hariri avait été contraint de prendre cette décision sous la pression de la maison des Saoud, et qu'il n'était pas libre de ses mouvements. Et ce, dans la foulée d'une opération anticorruption ordonnée par le prince héritier Mohamed ben Salmane, qui s'est soldée, le même jour que la démission d'Hariri, par l'interpellation de plusieurs dizaines de princes et de ministres saoudiens.

Saad Hariri, dont l'épouse et les enfants vivent en Arabie saoudite, n'a pour l'heure donné aucun indice sur un possible retour au Liban.

Saad Hariri a annoncé sa démission samedi alors qu'il se trouvait en Arabie saoudite, accusant l'Iran et le Hezbollah de semer la zizanie au sein des pays arabes et disant craindre d'être assassiné.

Le président libanais Michel Aoun a affirmé qu'il attendait le retour de M. Hariri pour décider s'il acceptait ou non sa démission.

More news: La ministre des Sports veut faire chanter la Marseillaise avant chaque compétition
More news: Charlie Hebdo : menaces de morts après la une sur Tariq Ramadan
More news: Un attentat du groupe EI fait des dizaines de morts en Syrie

Dans un premier temps, la démission de Saad Hariri, qui a surpris à la fois son entourage et ses rivaux politiques, a été perçue comme un nouvel épisode de la lutte que se livrent la monarchie saoudienne et la république islamique d'iran, entre sunnites et chiites.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle SPA, a également enjoint les Saoudiens à ne pas se rendre au Liban, sans pour autant évoquer de menace spécifique: "Vu la situation au Liban, le royaume demande à ses ressortissants en visite ou résidant au Liban de le quitter le plus tôt possible, et conseille à ses ressortissants de ne pas s'y rendre".

Le département d'Etat américain a annoncé jeudi que le chargé d'affaires américain en Arabie saoudite avait rencontré Saad Hariri, Premier ministre libanais démissionnaire, mercredi à Ryad. "Ce n'était ni son intention, ni sa volonté, ni sa décision", a-t-il assuré dans un discours intégralement dédié à ce sujet.

Like this: