Published: Lun, Novembre 13, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Duterte : "A 16 ans, j'avais déjà tué quelqu'un"

Duterte :

Pour bien conclure, il a qualifié de "fils de pute" ceux qui critiquent sa campagne de répression du trafic de drogue.

Le Président philippin Rodrigo Duterte a exprimé à Vladimir Poutine son intention de poursuivre les achats d'armes russes, louant leurs performances dans la lutte contre les terroristes.

Duterte, 72 ans, a été élu en 2016 après avoir promis d'éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre jusqu'à 100.000 trafiquants et toxicomanes présumés.

Il fait régulièrement les gros titres à cause de ses propos orduriers et ses tirades incendiaires.

More news: IMAGES | Adidas dévoile un ballon vintage et connecté pour le Mondial 2018
More news: Real Madrid : Ramos fait un énorme appel du pied à Neymar !
More news: Prières de rue : la polémique ravivée

Le Canada abrite une grande diaspora philippine.

Mais ses opposants l'accusent d'orchestrer des meurtres extrajudiciaires en masse, perpétrés par des policiers corrompus et des miliciens. Il s'agissait peut-être d'une référence à l'incident décrit à Danang. L'entourage de Duterte demande fréquemment aux journalistes de ne pas le prendre au pied de la lettre, soulignant qu'il aime plaisanter et que c'est un adepte de "l'hyperbole". Son nouveau porte-parole, Harry Roque, a expliqué que ses nouvelles déclarations pourraient relever de l'exagération. "Pourquoi, parce que tu m'insultes".

La leader birmane Aung San Suu Kyi est arrivée à Manille aux Philippines, où se tient pendant deux jours le sommet de l'ASEAN, l'association de dix nations d'Asie du Sud-Est, qui fête cette année son cinquantième anniversaire. Toutefois, les choses se sont apaisées avec l'élection de Trump qui avait salué fin avril le "travail incroyable sur le problème de la drogue" de Duerte lors d'une conversation téléphonique avec le dirigeant philippin.

" M. Duterte va bénéficier du cadeau du silence tacite des dirigeants d'Asie de l'est lors du sommet à venir", a déploré auprès de l'AFP Phelim Kine, directrice adjointe pour l'Asie de Human Rights Watch.

Like this: