Published: Lun, Novembre 06, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

11 princes, dont le milliardaire Ben Talal, arrêtés pour corruption — Arabie Saoudite

11 princes, dont le milliardaire Ben Talal, arrêtés pour corruption — Arabie Saoudite

Une opération qui doit permettre au prince héritier, Mohammed ben Salman, de consolider son pouvoir. Personne n'est à l'abri de la vague d'arrestations qui touche actuellement le royaume d'Arabie saoudite dans ce qui est, selon l'AFP, une purge "sans précédent dans l'histoire moderne du pays".

Dix princes saoudiens, plusieurs dizaines d'anciens membres du gouvernement et quatre ministres en exercice ont été arrêtés à la demande d'un nouvel organe anticorruption, rapporte samedi la chaîne de télévision Al-Arabiya.

Son père, le roi Salman, fêtera ses 82 ans en décembre. Parmi les personnalités arrêtées, figure le prince Alwalid ben Talal, neveu du roi, richissime homme d'affaires et principal actionnaire de la société d'investissement Kingdom Holding 4280.SE, présente un peu partout dans le monde.

More news: Dans le rouge au troisième trimestre — Tesla
More news: Lonrho Mining Ltd (LOM.AX): UO Reading Under 40 for These Shares
More news: " "Quand un employé de Twitter désactive " par inadvertance " son compte — Donald Trump

Ces arrestations ont lieu juste après l'annonce de la création d'une commission anti-corruption censée punir ceux qui auraient profité de leur position pour prendre de l'argent public.

Le prince héritier semble surtout préparer son accession au trône, en mettant fin aux dissensions et oppositions internes.

Le prince Mohamed ben Salman dirige à la fois la guerre menée par l'Arabie saoudite au Yémen et la politique énergétique du royaume avec pour objectif de préparer l'après-pétrole. Pour sa part, Mohammed al Touaïdjri, nouveau ministre de l'Économie, a été pilote dans l'armée de l'air saoudienne puis a occupé le poste de directeur général des opérations au Moyen-Orient de la banque HSBC. Son prédécesseur Adel Fakieh avait été confronté à une contestation féroce du monde des affaires lorsque, en tant que ministre du Travail, il avait mis en place des quotas pour les salariés étrangers afin de favoriser l'embauche de Saoudiens.

Like this: