Published: Mer, Octobre 04, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Whirlpool : Emmanuel Macron se défend face à François Ruffin

Whirlpool : Emmanuel Macron se défend face à François Ruffin

Le président français Emmanuel Macron a investi mardi le terrain social en allant à la rencontre des salariés d'une usine dont les difficultés avaient marqué la campagne présidentielle, se défendant de conduire une politique au seul profit des plus riches.

Le député de la France Insoumise, François Ruffin, autre enfant du pays, promet lui aussi d'interpeller le président sur les problèmes qui restent à résoudre sur place. Depuis cette date, l'usine a retrouvé un repreneur.

Emmanuel Macron avait toutefois limité la casse en acceptant de plonger dans la mêlée hostile et de répondre aux questions des salariés, alors que Marine Le Pen avait été accueillie chaleureusement quelques heures plus tôt.

"On ne peut pas se réveiller demain" a-t-il lancé. Le chef de l'Etat a par ailleurs félicité syndicats et salariés pour leur mobilisation dans le succès du projet de reprise, "parce que franchement, si vous êtes là, c'est grâce à vous, c'est parce que vous avez un repreneur, ici il n'y a pas eu la politique du pire, tant du côté des salariés que des organisations syndicales, vous avez été hyper responsables!", a souligné le chef de l'Etat.

La politique d'Emmanuel Macron ne fait pas l'unanimité pour autant. "Mais il ne faut pas oublier les dégâts qu'a fait subir et que continue à faire subir la mondialisation", a-t-il ajouté.

More news: Violences policières en Catalogne, l'"Etat de droit" respecté selon Madrid
More news: Canada Edmonton: attentat terroriste inspiré de la méthode palestinienne
More news: LOSC : Le mea culpa du président d'Amiens

"Je ne toucherai pas au plan social" Emmanuel Macron a semblé lui opposer une fin de non-recevoir, répondant: "Je suis très sensible au sujet des intérimaires, mais moi je ne toucherai pas au plan social et au plan de reprise".

Pour M. Macron, 39 ans, cette visite s'inscrivait dans un cadre plus large d'une offensive sur le plan social, après avoir été décrié récemment comme "le président des riches". Alors que les syndicats durcissent le ton contre la réforme du Code du travail, M. Macron a aussi été critiqué pour son projet de réforme de la fiscalité et en particulier de l'impôt sur la fortune, qu'il veut limiter au patrimoine immobilier.

"Moi je suis pour qu'il y ait plus de dialogue social dans l'entreprise".

L'élu FI a presque eu l'air de s'excuser d'apostropher Emmanuel Macron: "Si on ne vous interpelle pas aujourd'hui, vous savez comment ça fonctionne. La réforme (du Code du travail ndlr), qui peut être contestée, elle évite, je pense, d'avoir le marché du travail tel qu'il est aujourd'hui: vous avez les gens dans l'entreprise qui ont la protection" et ceux qui n'ont pas d'emploi, s'est défendu le président à Amiens. Le chef de l'État devait visiter dans l'après-midi un nouveau centre de distribution d'Amazon.

"Emmanuel Macron est remonté dans les sondages en septembre mais surtout à droite et beaucoup moins dans les catégories populaires".

Like this: