Published: Ven, Octobre 13, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Taxe foncière : une hausse de 14 % en moyenne en 5 ans

Taxe foncière : une hausse de 14 % en moyenne en 5 ans

Les données de l'UNPI publiées par Le Parisien dévoile également un petit classement des villes où la taxe foncière a le plus et le moins augmenté sur la période 2011-2016. Lille et Argenteuil sont les villes où elle a le plus augmenté.

Inversement, parmi les grandes villes, c'est à Nice que les propriétaires ont vu la taxe foncière augmenter le moins vite: 6,5 % en 5 ans, soit un taux très faible par rapport à la moyenne nationale mais plus élevé que l'inflation sur la période qui n'a pas dépassé les 5 %. Donc, afin de boucler leur budget, les collectivités locales qui perçoivent les taxes d'habitation pour le résiduel et puis les taxes foncières vont devoir augmenter leur taux pour boucler les budgets et donc le porte-monnaie des propriétaires sera la variable d'ajustement des budgets locaux. Sur les cinq dernières années, c'est Lille qui remporte la palme de la plus forte augmentation de sa taxe foncière avec une hausse de 32%.

À quoi s'attendre pour 2017?

More news: Deschamps entre dans l'histoire — EdF
More news: Deux Tunisiens arrêtés en Suisse en lien avec l'attaque de Marseille
More news: L'ouragan Ophelia se dirige vers l'Europe et pourrait frôler la Bretagne dimanche

En revanche, l'étude relève "un effort de modération de la part des départements et des grandes villes" en 2017. Selon l'Observatoire annuel des taxes foncières sur les propriétés bâties réalisé par l'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) paru ce 12 octobre, la taxe foncière a augmenté en moyenne de 14% au niveau national entre 2011 et 2016, hors taxes d'enlèvement sur les ordures ménagères. Mais cette nouvelle poussée reste inquiétante pour les propriétaires car l'ensemble des autres indices, tels l'inflation et les taux d'intérêt ont tendance à baisser, précise le patron de l'UNPI.

- En VERT: les communes où la taxe foncière a diminué entre 2011 et 2016. "Si cette dérive continue, les propriétaires occupants seront asphyxiés et les propriétaires bailleurs ne tireront plus aucune rentabilité de leurs locations ".

Like this: