Published: Lun, Octobre 16, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Scènes de chaos après le pire attentat de l'histoire de la Somalie

Scènes de chaos après le pire attentat de l'histoire de la Somalie

Au moins une cinquantaine de personnes ont été tuées et plus de 80 blessées dans ce qui semble être l'attentat suicide le plus important dans la capitale de la Somalie, Mogadiscio. Un bilan qui pourrait encore s'alourdir. "Le bilan des morts peut être encore plus élevé, car il y a plus de 300 blessés, pour certains d'entre eux grièvement", a déclaré à l'AFP un responsable de la police, Ibrahim Mohamed.

" Ce que j'ai vu dans les hôpitaux que j'ai visités est indicible".

L'explosion, tout d'abord, d'un camion garé devant un hôtel dans le quartier K5, un secteur très fréquenté de la capitale qui abrite bâtiments officiels, hôtels et restaurants, a fait des dizaines de morts et quelque 200 blessés, dont 100 souffrant de blessures graves. "Il n'y a pas de pire tragédie que quand quelqu'un vient voir le corps d'un proche décédé et ne peut pas le reconnaître", a-t-il souligné.

More news: 'Thor: Ragnarok' Tracking for Thunderous $90M-$100M Debut
More news: "Horizon" 2030 pour Paris — Diesel
More news: Le juge qui a libéré Bertrand Cantat fustige la "dictature de l'émotion"

Le président somalien, Mohamed Abdullahi Mohamed, surnommé Farmajo, qui a rencontré dimanche les blessés à l'hôpital Erdogan, a décrété un deuil national de trois jours, après cet attentat considéré par les Somaliens comme le pire de l'histoire de leur pays. "Cela montre combien ces éléments violents sont sans pitié, pour viser sans distinction des gens innocents qui ne faisaient que s'occuper de leurs affaires", a ainsi déclaré le président dans le cadre d'un discours retransmis à la télévision.

Le 14 octobre en milieu d'après-midi, une explosion a retenti dans le district de Hodan devant l'hôtel Safari, un établissement populaire qui n'est d'ordinaire pas fréquenté par des responsables gouvernementaux.

Les attentats n'ont pas été revendiqués mais portent la marque des islamistes du groupe Al Chaabab, qui multiplient ce genre d'attaques depuis des mois à Mogadiscio.

Like this: