Published: Ven, Octobre 06, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Réforme du travail: nouvelle négociation dans le transport routier

Réforme du travail: nouvelle négociation dans le transport routier

Les partenaires sociaux se sont "accordés " pour intégrer dans un nouvel accord de branche, "pleinement compatible avec les ordonnances ", l'ensemble des règles auxquelles les organisations syndicales comme patronales ont manifesté leur attachement, se félicite le gouvernement.

Les routiers sont sortis mercredi soir satisfaits de leur négociation avec le ministère des transports et le ministère du travail.

En réalité, le 4 octobre, un compromis a rapidement été trouvé entre les organisations syndicales et patronales du secteur, réunies en commission mixte paritaire au ministère de la Transition écologique.

Au cœur des débats: la prime d'ancienneté, les frais de déplacement - dits "frais de route" - ou encore le 13ème mois accordés aux routiers.

Il prévoit également une révision de la convention collective afin que " les éléments de rémunération compensant le travail de nuit, les jours fériés et les dimanches " deviennent " partie intégrante " des salaires minimaux hiérarchiques, auxquels il est impossible de déroger par accord d'entreprise. Les syndicats craignaient que des branches d'entreprises moins-disantes priment sur l'accord de branche professionnelle, réduisant ainsi plusieurs des acquis des salariés en particulier dans les PME qui constituent le gros du secteur routier en France.

More news: Amazon va devoir payer 250 millions d'euros d'impôts au Luxembourg
More news: Sneijder absent du groupe
More news: Avec Ibra, on en est venu aux mains

La semaine dernière, les routiers de la CGT et de FO se sont mobilisés plusieurs jours afin de faire reculer le gouvernement sur les ordonnances réformant le Code du travail.

C'est un accord qui empêche le dumping social par les entreprises moins vertueuses. Il sanctuarise des annexes de rémunération menacées par la réforme du code du travail.

Un détail qui n'a pas échappé à Jérôme Vérité, le numéro un de la CGT-Transports qui, si il s'est déclaré "satisfait" de l'accord, a tenu à prévenir: "Le combat continue contre les ordonnances".

Dans un communiqué posté sur son compte Twitter, la ministre des Transports Élisabeth Borne a salué un texte qui "respecte l'esprit des ordonnances".

Like this: