Published: Mer, Octobre 11, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Piétonnisation des voies sur berge à Paris : pas d'impact "significatif"

Piétonnisation des voies sur berge à Paris : pas d'impact

"Des impacts sont aussi perceptibles sur quelques itinéraires de report". La piétonnisation de la rive droite de la Seine, mis en place il y a un an, n'a pas permis d'améliorer la qualité de l'air de manière sensible. Ces impacts ne touchent pas la pollution de fond et restent limités aux abords des axes routiers concernés.

Toutefois, Airparif note une dégradation de la qualité de l'air marquée dans l'Est parisien, en sortie de la zone piétonne jusqu'à plus 15 %, au niveau du quai Henri-IV puis le long du quai de Bercy. Dans l'ensemble, cette initiative n'a eu "aucun impact significatif sur l'exposition des populations à la pollution de l'air, à la hausse ou à la baisse", affirme Frédéric Bouvier, le directeur de l'association.

Le suivi de la qualité de l'air a été assuré par l'organisme indépendant Airparif, qui a réalisé deux campagnes saisonnières: une en période hivernale, publiée en mars dernier, et une en période estivale. Les itinéraires de substitutions - comme le boulevard Saint-Germain - empruntés par les automobilistes pour pallier à la fermeture des quais, enregistrent eux, une légère dégradation de la qualité de l'air, avec une augmentation jusqu'à 5% du niveau moyen du dioxyde d'azote.

More news: Le dispositif de L'Équipe pour l'annonce des 30 nommés — Ballon d'Or
More news: Tempête Nate : vers un "affaiblissement rapide" aux Etats-Unis
More news: Londres : des piétons fauchés par un véhicule, un homme arrêté

De son côté, la mairie de Paris a salué le fait que la piétonnisation de la rive droite "n'a pas eu d'effet négatif sur la qualité de l'air" et qu'au contraire, les niveaux de pollution dans la zone concernée "ont baissé jusqu'à 25%".

"Néanmoins, nous ne nous en satisfaisons pas", a commenté Christophe Najdovski, adjoint en charge des transports. Evoquant la hausse de la pollution à proximité des voies sur berge piétonnisées il a souligné qu'elle reste "très localisée". Cet axe de circulation ne représente que 0,16% des 77,7 milliards de kilomètres parcourus chaque année en Île-de-France. "Paris est prête à conduire les aménagements de voirie nécessaires, mais Valérie Pécresse (la présidente LR de la région, ndlr) et le Conseil régional, en charge des transports en commun, doivent confirmer qu'ils prendront bien leur part dans ce projet", a-t-il estimé.

Like this: