Published: Sam, Octobre 07, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Nucléaire iranien: l'UE attaché à l'accord international

Nucléaire iranien: l'UE attaché à l'accord international

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a dit vendredi espérer que Donald Trump prendra une décision "équilibrée" sur le maintien des Etats-Unis dans le cadre de l'accord sur le contrôle du programme nucléaire de l'Iran.

Alors qu'il recevait des responsables militaires américains à la Maison-Blanche, Donald Trump s'est montré pour le moins énigmatique jeudi soir en affirmant que l'instant présent pourrait être "le calme avant la tempête".

Depuis, une loi oblige le président américain à dire au congrès des Etats-Unis, tous les 90 jours, si l'Iran le respecte et si la levée des sanctions est bien dans l'intérêt national des Etats-Unis.

Le New York Times, qui cite des sources proches du dossier, fait aussi état de l'intention de M. Trump de " décertifier " l'accord mais de le maintenir en vigueur et de laisser le Congrès décider de l'éventuelle prise de sanctions.

More news: Un homme pointe son arme sur un prêtre pendant la messe
More news: Violences policières en Catalogne, l'"Etat de droit" respecté selon Madrid
More news: Affaire du Levothyrox: Perquisition au siège du laboratoire Merck à Lyon

Bombardée de questions sur cette formule surprenante, Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de l'exécutif américain, n'a apporté aucun éclairage sur sa signification ou sa portée exacte. Il a jusqu'ici "certifié " l'accord mais a fait savoir que l'échéance cruciale serait la prochaine, le 15 octobre.

Selon le Washington Post, le discours du président, très attendu, pourrait avoir lieu dans une semaine, le 12 octobre. "Ce sera une stratégie globale", a-t-elle poursuivi, sans autres précisions. La loi donne en effet à ce dernier en cas de "non-certification", 60 jours pour décider de réimposer ou non les sanctions. "Comme il l'a indiqué, le président a pris sa décision", a-t-elle ajouté.

Mardi, l'ancien secrétaire à la Défense et actuel chef de cabinet de Donald Trump, Jim Mattis, avait répondu qu'il était dans l'intérêt des Etats-Unis de rester dans l'accord. "C'est peut-être le calme avant la tempête", a-t-il soudain déclaré, suscitant la curiosité immédiate des journalistes.

Like this: