Published: Jeu, Octobre 19, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Le discours d'Emmanuel Macron devant les forces de l'ordre

Le discours d'Emmanuel Macron devant les forces de l'ordre

La lutte contre le terrorisme sera le deuxième grand axe de son discours, selon l'Elysée, au moment où le projet de loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme s'apprête à être définitivement adopté.

Police de sécurité du quotidien: A quoi va ressembler la réforme d'Emmanuel Macron?

Depuis le début de l'année, "treize attentats ont été déjoués" en France, a annoncé le président. Cette loi, qui doit se substituer au 1er novembre à l'état d'urgence en vigueur depuis novembre 2015, a été adoptée mercredi par un ultime vote du Sénat.

Certains hommes politiques, comme l'ancien premier ministre de Hollande avait suggéré au Président de "soumettre au Conseil constitutionnel "la nouvelle loi".

More news: Joe Jonas est fiancé à Sophie Turner!
More news: Le procès en appel renvoyé — Mort de Fiona
More news: CdM 2018 : pas un bon tirage pour l'Italie

Emmanuel Macron a également annoncé pour décembre la réunion d'un comité interministériel qui devra "arrêter un nouveau plan national " contre la radicalisation, en dressant une "liste des territoires " qui feront l'objet d'une surveillance spécifique.

Ces actions seront menées en " travail étroit avec les magistrats ". Cette décision intervient alors que la fermeture cet été du centre de déradicalisation de Pontourny (Indre-et-Loire) a souligné les lacunes de la politique de prévention de la radicalisation.

" Dès lundi prochain, un large cycle de consultations sera engagé par le ministre " de l'Intérieur, Gérard Collomb, sur ce thème, a précisé le chef de l'État. De son côté David Leveau secrétaire régional d'Unité SGP Police FO estime qu'"en ayant affaire à la population directe, on récupère énormément d'informations qui permettent de résoudre énormément d'affaires car quand il y a des relations de confiance entre la population et la police, les langues se délient". Déclaration effectuée aujourd'hui, mercredi 18 octobre 2017, lors de son discours devant les policiers et les gendarmes.

"Aux menaces et mises en cause physiques, sont venues récemment s'ajouter des mises en cause indirectes" de leurs proches. "Je souhaite que nous puissions aller plus loin " que le droit à l'anonymat inscrit dans la loi, " pour durcir nos outils de réponse face à ces comportements lâches et intolérables ", a-t-il ajouté. Par ailleurs, il ne souhaite pas d'unités spécialisées dans les commissariats.

Like this: