Published: Mar, Octobre 17, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

Grossesse. Un pictogramme pour les médicaments à risque

Grossesse. Un pictogramme pour les médicaments à risque

Il s'inscrit dans la logique initiée avec le " pictogramme Dépakine®, réalisé en collaboration avec l'association APESAC, dans l'objectif de renforcer l'information sur les risques associés à la prise de médicaments au cours de la grossesse.

Le Ministère des solidarités et de la santé a annoncé l'entrée en vigueur à partir du 17 octobre 2017 du pictogramme " femmes enceintes ". Ils avertiront sur les risques qu'ils peuvent provoquer pendant la grossesse.

La Direction générale de la santé (DGS) explique dans un communiqué que, "apposés par les laboratoires sur les médicaments concernés", ces pictogrammes offrent "une meilleure visibilité de l'information relative à ces risques, déjà signalée dans la notice du médicament".

Deux signalétiques différentes seront apposées: soit une interdiction (panneau rond), soit un danger (panneau triangulaire) pour signaler "aux patientes que le médicament doit être utilisé uniquement s'il n'y a pas d'autre traitement disponible".

More news: Liberia : après 12 ans au pouvoir, quel bilan pour Ellen Johnson Sirleaf?
More news: #Balancetonporc : les femmes dénoncent les harcèlements sexuels
More news: Aveyron : une sexagénaire accidentellement tuée dans son jardin par un chasseur

Sur son site, le ministère indique que "Dans les spécialités renseignées par les entreprises pharmaceutiques, 60% comportent un pictogramme grossesse, dont un tiers le pictogramme 'interdit' et deux tiers le pictogramme 'danger'". Le second est un pictogramme "interdit", qui "signale aux patientes que le médicament ne doit pas être utilisé".

"Si vous prenez un médicament sur lequel figure un des deux pictogrammes, " n'arrêtez pas ou ne modifiez pas votre traitement sans avis médical ".

Cette mesure concernera "une large part de la pharmacopée" pour rappeler que "l'utilisation de médicaments pendant la grossesse n'est pas banale et nécessite l'avis d'un professionnel", selon la DGS.

Des mentions spéciales préciseront aussi les personnes concernées: les femmes enceintes, pendant toute la grossesse ou durant une période précise, mais aussi l'adolescente ou la femme en âge de procréer.

Like this: