Published: Mer, Octobre 04, 2017
Sport | By Katia Genin

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre la violence policière — Barcelone

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre la violence policière — Barcelone

Les Catalans sont en colère et ils le font savoir. L'Espagne vit sa pire crise politique depuis 40 ans depuis que l'exécutif séparatiste catalan a décidé d'organiser ce référendum d'autodétermination en dépit de son interdiction.

Les manifestants sont arrivés à pied, marchant dans les boulevards vides et des rues fermées par la police municipale, pendant que les touristes observaient le tout au loin. Des manifestations visant la police nationale ainsi que la garde civile se multiplient depuis lundi devant les hôtels qui les hébergent, selon des syndicats et des témoins. Ils sont également devant la préfecture, qui entourée de fourgons de la police nationale et de pompiers locaux afin d'éviter des débordements. Dans les rues de Barcelone, les slogans hostiles à la police nationale et la Garde civile ont résonné. Un porte-parole a précisé que cette estimation prenait en compte différentes manifestations et défilés dans la ville. Le Barça suivra aussi le mouvement: ni les équipes professionnelles ni celles des jeunes ne s'entraîneront mardi.

Beaucoup de monuments et sites touristiques de Barcelone, comme la Sagrada Familia, n'ont pas ouvert leurs portes.

More news: Zuckerberg défend Facebook face aux critiques de Trump
More news: Taquin, Garcia se félicite du turnover — OM
More news: Catalogne: des millions de bulletins saisis avant le référendum

Des centaines de policiers sont intervenus dimanche en utilisant leurs matraques contre des militants pacifiques, massés devant les bureaux de vote. Le souverain a tenté jusqu'à maintenant d'adopter une approche conciliatoire dans l'épreuve de force avec les catalans qui menacent de déclarer l'indépendance.

"Personne en Europe ne peut demander (au gouvernement) de dialoguer sans respecter la Constitution", a répondu à Madrid le porte-parole du gouvernement espagnol, Inigo Mendez de Vigo. "Personne dans l'UE n'a accepté cette consultation qui s'est déroulée dimanche parce qu'ils savaient qu'elle allait contre la Constitution et les lois", a-t-il insisté. Lors du vote interdit et fortement perturbé de dimanche, sans valeur démocratique fiable, quelque 90% des votants ont toutefois voté oui à la séparation avec l'Espagne, d'après le gouvernement catalan. Depuis 2010, l'indépendantisme a gagné du terrain en Catalogne, alimenté par la crise économique et par la suppression du Statut d'autonomie de la région par la Cour constitutionnelle, à la demande du Parti populaire (PP, conservateur) de Mariano Rajoy. Même si les sondages font état d'une réelle division au sein des Catalans sur la question de l'indépendance (41,1% pour et 49,4% contre en juillet), ces derniers jours ont sans doute fait bouger ces lignes.

"Les indépendantistes font beaucoup de bruit, ils reflètent l'opinion de beaucoup de gens, mais pas de la majorité", dénonce Joaquin, 55 ans, gérant d'une entreprise de produits chimiques.

Like this: