Published: Ven, Septembre 08, 2017
Économie | By Estienne Trouve

"Rien n'est arrêté": Castaner modère les propos de Macron sur la SNCF


Le calendrier législatif laisse penser que les choses devraient bouger, même si Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, sait que cette réforme est explosive.

Dans le viseur du syndicaliste, qui s'est exprimé sur la chaîne de la TNT Public Sénat, le projet de suppression des régimes spéciaux de retraite à la SNCF.

Emmanuel Macron dessine une vaste réforme de la SNCF, dans un entretien publié par l'opérateur ferroviaire, réitérant son souhait de supprimer rapidement les régimes spéciaux de retraite et affichant la volonté de diversifier l'activité du groupe. L'État pourrait reprendre cette dette à son compte, ce qui allègerait considérablement le groupe et lui permettrait de relancer l'investissement - indispensable alors que l'ouverture à la concurrence sera opérationnelle à partir de décembre 2019. "Ce qui a été acquis dans les régimes passés reste acquis et vous cotisez à un nouveau régime".

More news: US Military Official: IS Leader Baghdadi Likely Alive
More news: Mbappé ou Fekir titulaire face au Luxembourg ?
More news: Lyon première de la classe — Vie étudiante

A court terme, M. Macron, qui propose en échange que l'Etat reprenne la dette de la SNCF et accentue les investissements publics vers l'entretien des lignes, met l'accent sur la suppression à partir de l'an prochain des régimes spéciaux de retraite, auxquels sont notamment soumis les cheminots. À l'heure actuelle, l'endettement global de la SNCF équivaut à la rondelette somme de 52,8 milliards d'euros, dont 44,9 milliards d'euros pour SNCF Réseau (ex-Réseau ferré de France) et 7,9 milliards d'euros pour SNCF Mobilités (chargé de l'exploitation des trains). La ministre des Transports Élisabeth Borne a également souligné auprès de l'AFP qu'aucune décision n'avait été prise. Une loi cadre portant sur la réforme des retraites est programmée pour l'été prochain.

Pour la CGT-Cheminots, cet article est un " contre-feu allumé afin de détourner les cheminots des sujets d'actualité", à savoir la journée d'action du 12 septembre contre les ordonnances réformant le Code du travail.

Lors d'un entretien, le président de la République, a pourtant déclaré qu'il s'agissait d'une reforme importante et qu'elle débutera au milieu de l'année prochaine, voir début 2019.

Like this: