Published: Ven, Septembre 22, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

L'Iran réagira "fermement" si les Etats-Unis violent l'accord sur le nucléaire

L'Iran réagira

" C'est ce que j'ai proposé aux deux présidents (américain et iranien) et je m'engagerai à trouver un accord sur cette base".

Donald Trump a récemment décrit l'Iran comme un Etat "voyou", entraînant une vive réponse de la part du gouvernement iranien.

D'ici le 15 octobre, il doit en effet "certifier" devant le Congrès américain que Téhéran respecte ses engagements.

"Je déclare devant vous que la République islamique d'Iran ne sera pas le premier pays à violer l'accord".

En échange, les sanctions internationales contre l'Iran ont été progressivement levées.

"Il serait vraiment dommage que cet accord soit détruit par des voyous nouveaux venus dans le monde de la politique", a affirmé le président iranien, une claire référence au discours de Donald Trump, qui déclarait mardi que l'Iran était un "Etat voyou", et l'accord sur le nucléaire "une honte". Il a semblé plus proche que jamais d'une remise en cause de l'accord signé par les grandes puissances avec Téhéran pour encadrer le programme nucléaire de ce pays et s'assurer qu'il ne serve pas à le doter de l'arme atomique.

Reste que l'accord de 2015 n'est pas encore enterré.

More news: Google s'offre une partie de HTC
More news: Près de Luçon, un adolescent tué dans un accident de chasse
More news: L'allocation adulte handicapée passera à 900 € d'ici 2019 — AAH

" Je souhaite que les prochaines semaines permettent une sortie du contexte actuel pour promouvoir une solution complète et plus ambitieuse pour répondre aux inquiétudes qui émergent et ne pas briser ce qui a été construit en 2015", a aussi dit le président français.

La réunion de mercredi n'a pas permis de lever le doute sur les intentions américaines: "Nous n'avons pas de visibilité réelle sur ce que sera leur décision", selon la source européenne. "Un accord qui n'est pas renégociable", a précisé Rohani devant les journalistes.

Le président français a aussi cité "l'activité accrue de l'Iran sur le plan balistique" (un volet qui ne fait pas partie de l'accord de 2015) qui selon lui pourrait donner lieu à de nouvelles sanctions. Mercredi 20 septembre, à New York, l'Assemblée générale de l'ONU a rassemblé les puissances mondiales, notamment les États-Unis et l'Iran, dont les relations ne sont pas au beau fixe. Et ce, alors qu'il n'y a " pas d'indications " que l'Iran ne remplit pas ses obligations.

Pour autant, rayer cet accord, qualifié à l'époque d' "historique", serait une erreur, a ajouté Emmanuel Macron.

La Corée du Nord ne concentre pas tous les problèmes liés à l'armement nucléaire: l'Iran aussi.

Behnam Ben Taleblu, du groupe de pression conservateur Foundation for Defense of Democracies, très critique envers l'accord iranien, pense au contraire qu'une "ligne dure contre Téhéran" renforcerait la "crédibilité des États-Unis" et les placerait en position de force lors d'éventuelles futures négociations avec la Corée du Nord.

Like this: