Published: Mar, Septembre 26, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Les ressortissants de trois nouveaux pays interdits d'arrivée au sol américain

Les ressortissants de trois nouveaux pays interdits d'arrivée au sol américain

Quant au Venezuela, l'interdiction se limite aux membres d'une (longue) liste d'instances gouvernementales et à leur famille. "Rendre l'Amérique sûre est ma priorité numéro une".

Selon les agences de presse AP et AFP, le président Donald Trump a signé un décret anti-immigration amendé en ce sens.

"Si vous ne pouvez pas contrôler efficacement les personnes qui rentrent chez vous, alors vous ne devriez pas permettre à ces personnes venant de [certains] pays de voyager", a dit le général HR McMaster, conseiller du président à la sécurité nationale.

Les restrictions touchent des pays qui, selon le département de la Sécurité intérieure américaine, refusent de donner des renseignements aux États-Unis ou n'ont pas adopté des mesures préventives efficaces. Le Soudan, l'un des six Etats musulmans visés par le précédent décret, a été, lui, retiré de la liste "noire".

Ces nouvelles restrictions, dont l'entrée en vigueur est fixée au 18 octobre, résultent d'un examen du texte initial qui arrivait à échéance dimanche et qui avait été remis en question par plusieurs tribunaux fédéraux.

More news: Google s'offre une partie de HTC
More news: Les Manchester enchaînent, Morata voit triple avec Chelsea — Résultats Premier League
More news: "Je suis adhérent En Marche !", annonce Bruno Le Maire

Le Soudan, qui était précédemment dans la liste a été retiré.

Les ressortissants de l'Iran, de Libye, de Syrie, du Yémen et de Somalie restent visés par les restrictions, a en outre indiqué l'administration Trump. " Le Tchad est un pays majoritairement musulman, les voyages en provenance de Corée du Nord sont de fait déjà gelés, et les restrictions sur le Venezuela ne visent que des responsables du gouvernement".

Le Tchad a quant à lui été ajouté même s'il est, selon le décret, "un partenaire important et de valeur pour le contre-terrorisme". La Maison-Blanche explique cette mise à l'index du pays de Kim Jong-un: "La Corée du Nord ne coopère en aucune façon avec le gouvernement des États-Unis et ne satisfait aucune exigence de partage d'information ". Pyongyang n'a pas de relations diplomatiques avec Washington.

Le décret est prolongé à partir de dimanche pour les cinq pays qui figuraient sur la liste précédente. Cette mesure a été prise suite à la mort d'un étudiant américain détenu pendant 17 mois en Corée du Nord. La cour suprême américaine doit examiner à compter du 10 octobre prochain la constitutionnalité du décret initial, contesté par de nombreux Etats américains et accusé de discrimination à l'égard des musulmans.

Like this: