Published: Mar, Septembre 26, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Le "Grand plan d'investissement", acte I de la réforme de l'État

Le

Elaboré par l'économiste Jean Pisani-Ferry, l'homme orchestre du programme présidentiel d'Emmanuel Macron, un plan quinquennal d'investissement de 57 milliards d'euros a été présenté ce lundi par le chef du gouvernement.Objectif: "amplifier l'effet des réformes" économiques, fiscales, et sociales du gouvernement.

La priorité du gouvernement demeure la transition écologique alors que 20 milliards d'euros, sur les 57 milliards du plan, seront consacrés à cette question environnementale.

La transition écologique est érigée comme priorité du gouvernement. "Il marque le retour des questions de long terme avec la transition écologique et la révolution numérique après une décennie dominée par l'urgence". Sur ce montant, 9 milliards devront permettre d'"amplifier l'effort de rénovation thermique des bâtiments", et 7 milliards d'euros de "développer les énergies renouvelables", selon le rapport. Et conformément à ce qu'avait annoncé Christophe Castaner quelques heures plus tôt, 5 milliards seront consacrés à l'agriculture pour "accélérer l'adaptation des outils et le changement des pratiques", "mieux intégrer la réponse aux défis climatique", ou encore "renforcer la compétitivité des différentes filières".

C'est le quatrième grand plan d'investissement en l'espace de dix ans. Il ne s'agit pas de la réforme de la formation qui doit s'attaquer aux dysfonctionnements du système. 15 milliards d'euros seront ainsi destinés à "édifier une société de compétences", en formant et accompagnant vers l'emploi "un million de chômeurs faiblement qualifiés et un million de jeunes décrocheurs", a affirmé le pensionnaire de Matignon.

More news: Paris : des agriculteurs bloquent les Champs-Élysées, Nicolas Hulot à leur rencontre
More news: Trump 'immature' and 'unqualified for the position that he holds — Clinton
More news: Euro Millions : Une famille remporte le jackpot de 28 millions d'euros

Ultime priorité - et d'ailleurs moins bien dotée financièrement que les autres -, la modernisation de l'action publique apparaît néanmoins comme cruciale, alors que "le modèle bureaucratique de la première moitié du XX siècle s'effondre, écrit Jean Pisani-Ferry".

Ensuite, les nouveaux crédits budgétaires, qui auront donc un impact sur le déficit public, s'élèveront à 24 milliards d'euros au cours des cinq prochaines années.

"Dans un premier temps, il s'agira d'engager les 300 millions d'euros complémentaires: ceux-ci s'appuieront sur des cofinancements publics et privés pour démultiplier leur impact et toucher un maximum de Français". Enfin, une enveloppe de trois milliards d'euros supplémentaires sera débloquée auprès de la Caisse des dépôts (dont Novethic est une filiale) pour la rénovation des logements sociaux.

Like this: