Published: Dim, Septembre 17, 2017
Culture | By Renaud Astier

Harry Dean Stanton (1926-2017) — DÉCÈS

Harry Dean Stanton (1926-2017) — DÉCÈS

En 1984, il reçoit la palme d'or au Festival de Cannes pour son interprétation dans le film de Wim Wenders.

A la télévision, il a incarné le chef d'une secte polygame pendant quatre saisons dans la série "Big Love". ", a écrit le réalisateur David Lynch sur Twitter en hommage à son ami qu'il avait retrouvé sur le tournage de Twin Peaks cette année".

Le beau visage ridé de l'acteur imprimera une dernière fois la pellicule dans Lucky de John Carrol Lynch, doux voyage spirituel d'un vieil athée dans lequel il croisera son compagnon de route David Lynch.

More news: Le Cameroun perd dix places — Classement Fifa
More news: Irak: le Parlement fédéral vote contre le référendum d'indépendance au Kurdistan
More news: Après 14 saisons en NBA, Boris Diaw va signer à Levallois

Harry Dean Stanton a aussi tourné avec les plus grands réalisateurs comme Francis Ford Coppola et Martin Scorsese. Tout le monde l'aimait. C'était un excellent acteur (même au-delà d'excellent) et c'était une très belle personne. Et un être humain fantastique. Tour à tour gangster chez Peckinpah (Pat Garrett et Billy le Kid, 1973), victime précoce de l'Alien de Ridley Scott (1979) ou inspecteur de police aux trousses d'une voiture démoniaque chez Carpenter (Christine, 1983), Harry Dean Stanton aura sillonné Hollywood de son centre à ses marges, de la science-fiction au western. Il aimait aussi chanter le blues avec Bob Dylan et Kris Kristofferson, ainsi que le répertoire mariachi qu'il a interprété jusqu'à la fin de sa vie d'une voix chaude et chevrotante. " We will miss your bright eyes and sweet smile ", Harry Dean Stanton a quitté la vallée.

Pendant la 2e Guerre mondiale, il sert comme cuistot sur un navire de la Marine dans le Pacifique pendant la bataille d'Okinawa. À son retour, il s'est inscrit à l'université du Kentucky avant de s'établir à Los Angeles et faire ses débuts comme acteur en 1957. Avec ses pommettes saillantes et ses yeux cernés, on le cantonne aux rôles de sales types ou de pauvres hères. Par la suite, on lui a proposé des personnages plus consistants comme dans "Luke la main froide" (1967), aux côtés de Paul Newman. Habitué aux seconds rôles marquants, il avait brillé chez Wim Wenders et David Lynch. Il partage des scène d'anthologie avec une vibrante Nastassja Kinski.

Like this: