Published: Lun, Septembre 18, 2017
Science | By Sylvain Tremaux

" "De retour en France, le journaliste Loup Bureau " soulagé " et " très fatigué "


Le reporter indépendant, accusé par Ankara d'appartenance à "une organisation terroriste armée", est sous le coup d'une mesure d'expulsion.

La libération de Loup Bureau, incarcéré à Sirnak, ville du sud-est de la Turquie, avait été annoncée vendredi.

Il raconte ne pas avoir été maltraité physiquement "mais il y a eu des menaces, des intimidations". "C'est à ce moment-là que ça a été le plus compliqué", a-t-il déclaré, assurant avoir ensuite été "généralement bien traité" en prison. Une version que son père, Loïc Bureau, nuance, assurant que son fils a été traité comme les prisonniers kurdes.

Il a dit avoir connu des conditions de détention " compliquées " au début mais, a-t-il ajouté, " à partir du moment où le président de la République, M. Macron, a annoncé ouvertement qu'il demandait ma libération, il y a eu des changements.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a passé deux jours cette semaine à Ankara, où il a rencontré les plus hautes autorités, dont le président Recep Tayyip Erdogan, pour aborder des sujets politiques mais aussi plaider en faveur de la libération de Loup Bureau.

Loup Bureau vient d'atterrir dimanche 17 septembre.

More news: Selena Gomez déclare souffrir d'un lupus
More news: JO-2024: Paris tient enfin "ses" Jeux
More news: Mercato / PSG : trois conditions pour la prolongation de Rabiot

Il avait été interpellé le 26 juillet à la frontière turco-irakienne, après la découverte en sa possession de photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (mouvement considéré comme une émanation du PKK et donc comme "terroriste" par Ankara). Selon son avocat, il fait toujours l'objet de poursuites de la part de la Turquie qui pourrait lancer un mandat d'arrêt international à son encontre.

Le journaliste, dont l'avion s'est posé à 06H45 GMT à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, a été accueilli par sa famille et sa petite amie, avec accolades et embrassades.

"Mercredi [le 13 septembre] soir, le procureur a rendu un acte d'accusation qui l'accuse rien de moins que d'appartenir à une organisation terroriste et il sera vraisemblablement jugé en son absence".

Un constat partagé par le père du reporter.

En mai, Mathias Depardon, un photojournaliste français, était lui aussi arrêté dans le sud-est de la Turquie, soupçonné de "propagande terroriste" pour le compte du PKK pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des photos prises lors d'un reportage.

Like this: