Published: Mar, Septembre 12, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Corée du Nord: Antonio Guterres est "très inquiet"

Corée du Nord: Antonio Guterres est

La position de la Russie et de la Chine sur ce projet de résolution reste incertaine.

La surveillance, mise en place le 3 septembre dans les régions frontalières du nord-est du pays après l'essai nucléaire de la RPDC, s'est achevée dimanche à 18h00, selon un communiqué du ministère de la Protection de l'environnement.

Il prévoit entre autres un embargo pétrolier, une suspension des exportations textiles nord-coréennes et un gel des avoirs de Kim Kong-un. Ces embauches seraient soumises à une autorisation du Conseil de sécurité. "Si les Etats-Unis mettent en œuvre cette 'résolution' illégale et illicite sur des sanctions renforcées, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) devra s'assurer que les Etats-Unis paient le prix dû", a déclaré un porte-parole, relayé par l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Les Etats-Unis ont demandé la réunion lundi du Conseil de sécurité afin de proposer au vote une résolution imposant des sanctions supplémentaires à la Corée du Nord, afin de sanctionner la poursuite des essais nucléaires et balistiques par Pyongyang. La Corée du Nord n'a pas décidé de changer de discours et proféré hier soir de nouvelles menaces terribles à l'encontre des Américains. Il comprend aussi une interdiction pour les États membres des Nations unies d'importer le textile nord-coréen comme le voulait à l'origine Washington.

Pyongyang devrait être très vite fixé sur son sort, puisque le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit aujourd'hui après-midi afin de voter pour ou contre un nouveau train de sanctions.

More news: Martin Hingis en demi-finale du double
More news: Manchester United accroché par Stoke
More news: Geste dangereux : Sadio Mané expulsé face à Manchester City

Les mesures concernant les expatriés nord-coréens et les inspections par la force de navires suspects sont moins sévères que dans le texte initial.

Le dernier train de sanctions internationales remonte au 5 août. Il faisait suite à deux tirs de missiles intercontinentaux nord-coréens.

Il n'a guère encore produit d'effets, étant trop récent et alors que les conséquences de sanctions ne peuvent intervenir que sur le long terme, lorsqu'elles sont respectées. Il a fallu plus de dix ans pour amener l'Iran à négocier son programme nucléaire.

La diffusion de ce document survient à la veille d'une décision attendue du Conseil de sécurité sur un huitième train de sanctions contre la Corée du Nord. Par leurs sanctions, les Nations unies tentent de pousser la Corée du Nord à revenir à une table de négociations alors que ses programmes d'armement nucléaire sont jugés menaçants pour la planète.

Leur document dénonce aussi une application aléatoire des sanctions et précise que Pyongyang est passé maître dans l'art d'utiliser des pays tiers pour acheminer ses cargaisons ou conclure des transactions financières.

Like this: