Published: Ven, Septembre 22, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Corée du Nord : accord politique de l'UE pour de nouvelles sanctions (sources)

Corée du Nord : accord politique de l'UE pour de nouvelles sanctions (sources)

Dans son premier discours prononcé devant l'Assemblée des Nations Unies, Donald Trump a maintenu ses menaces contre la Corée du Nord et son dictateur Kim Jong-un, un "Rocket Man en mission suicide ". Les Européens veulent également limiter le nombre de travailleurs détachés nord-coréens, qui seraient 300 à 500 à travailler en Pologne, selon ces sources.

Donald Trump a affirmé jeudi que la Banque centrale chinoise avait ordonné à ses banques de juguler leurs échanges avec la Corée du Nord, saluant une mesure " très courageuse " et " inattendue " pour faire pression contre les ambitions nucléaires de Pyongyang.

La "Corée du Nord doit être amenée par le biais de sanctions et d'une pression absolue à réaliser que la dénucléarisation est la seule voie d'avenir".

En chemin pour un rendez-vous avec le président afghan, Ashraf Ghani, Donald Trump a déclaré à la presse le 21 septembre, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies: "Nous allons imposer de nouvelles sanctions à la Corée du Nord".

More news: Championnats du monde: Dumoulin survole le chrono !
More news: Deux réfugiés rohingyas tués par des éléphants — Bangladesh
More news: Qu'est-ce que la crise des Rohingyas — Birmanie

Ce nouveau tour de vis intervient seulement dix jours après l'adoption d'un huitième train de sanctions par le Conseil de sécurité de l'ONU, en réponse à un nouvel essai nucléaire de Pyongyang, son plus puissant à ce jour.

Lors de la réunion du Conseil de sécurité prévue à 22h (heure française), le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson devrait insister pour une pleine application des sanctions.

Mme Merkel est pour sa part favorable à une solution diplomatique pour mettre fin au programme nucléaire d'armement de la Corée du Nord, calquée par exemple sur les pourparlers avec l'Iran qui avaient abouti à l'accord de 2015. Moscou et Pékin ont d'ores et déjà proposé un double moratoire, sur les expérimentations nord-coréennes et les exercices militaires américano-sud-coréens, mais Washington refuse toute concession.

Donald Trump s'est entretenu jeudi à New York avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le président sud-coréen Moon Jae-In, dont les pays sont en première ligne face à Pyongyang. Il a demandé à la communauté internationale de "riposter de façon plus vigoureuse" en appliquant les sanctions et en envisageant "d'autres mesures en cas de nouvelles provocations". Réponde cinglante du ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord, Ri Yong-ho, ce jeudi à la horde de journalistes qui le traquaient à New York: "Il y a un proverbe qui dit: 'Le chien aboie, la caravane passe'", rapporte l'agence Reuters.

Like this: