Published: Mar, Septembre 26, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

Contraception : la pilule perd la côte chez les Françaises

Contraception : la pilule perd la côte chez les Françaises

En 2010, 45% des femmes utilisaient la pilule comme moyen de contraception. Six ans plus tard, en 2016, elles n'étaient plus que 36.5%, selon une étude de Santé publique France parue ce lundi.

Même si la pilule reste la méthode de contraception la plus utilisée, elle connaît une désaffection qui persiste depuis 2012 suite au débat sur les risques liés aux pilules de 3e et 4e génération. "Soit elles abandonnent la pilule pour des méthodes à l'efficacité plus élevée (DIU, implant), soit au contraire, pour le préservatif, certes efficace contre les infections sexuellement transmissibles mais moins sur le plan contraceptif", constate Delphine Rahib, chargée de l'étude. D'après les dernières données du baromètre santé de la Santé publique France, elles ne sont plus que 33,2% des femmes à prendre la pilule en 2016 comme moyen de contraception.

More news: Report de la conférence de presse sur le référendum — Kurdistan
More news: Bernard Tapie serait "gravement malade"
More news: Trump 'immature' and 'unqualified for the position that he holds — Clinton

La pilule est davantage utilisée parmi les 15-19 ans (60,4%) et les 20-24 ans (59,5%), puis son utilisation diminue par la suite pour concerner moins de la moitié (47,8%) des 25-29 ans et plus qu'un tiers (35,4%) des 30-34 ans. Elle avait été victime d'un accident thromboembolique veineux alors qu'elle prenait une pilule oestroprogestative de troisième génération. Pilule, préservatif, dispositif intra-utérin (autrefois appelé "stérilet"), implant... Cette année-là, une crise médiatique sans précédent est déclenchée par la plainte en justice d'une jeune femme contre le laboratoire Bayer. L'ouvrage qui repose notamment sur le témoignage de nombreuses femmes ayant fait le choix de rompre avec la tradition instaurée par leurs ainées de confier majoritairement leur contraception à la pilule se montre très critique vis-à-vis de ce mode de contraception. En fait, la proportion de femmes qui n'utilisent aucun moyen de contraception est en baisse: 8% en 2016 contre 13.6 en 2010. Moins de 5% de femmes utilisent des méthodes dites "traditionnelles" telles que la symptothermie, la méthode des températures et le retrait.

Like this: