Published: Dim, Août 13, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Une voiture percute des manifestants et tue une personne — Manifestation à Charlottesville

Une voiture percute des manifestants et tue une personne — Manifestation à Charlottesville

On ne connaît pas encore les détails concernant l'auteur de l'attentat, qui a été arrêté, mais l'on peut supposer provisoirement que les personnes visées étant les nationalistes, il s'agit d'un fasciste antifa ou d'un extrémiste de gauche.

L'épouse du Président américain, Melania Trump, a exhorté les participants aux échauffourées à Charlottesville, en Virginie, à mettre un terme aux violences à cause du déboulonnement d'une statue. Plus tôt dans la journée, de violents heurts avaient éclaté entre les militants d'extrême droite et des opposants, avec des rixes, des jets de projectiles, des échanges de coups de bâton. "Puis elle a reculé et nous a encore heurtés", a relaté à l'AFP un témoin. Les craintes de débordements plus graves sont avivées par la présence d'armes portées ouvertement par les manifestants, comme le permet la loi dans l'Etat de Virginie.

Avant même de commencer, la manifestation d'extrême droite a dégénéré à Charlottesville, aux Etats-Unis. Des membres de milices d'extrême droite se sont positionnés en tenue paramilitaire, fusil semi-automatique en bandoulière, non loin des forces de l'ordre très sollicitées. La police a dispersé le rassemblement après que le gouverneur de la Virginie, Terry McAuliffe, a déclaré l'état d'urgence dans la ville.

Les forces de l'ordre ont procédé à un nombre inconnu d'interpellations.

Les groupuscules de droite radicale et identitaire américaine, dont le Ku Klux Klan et des néo-nazis, s'étaient réunis pour dénoncer le projet de Charlottesville de déboulonner la statue du général sudiste Robert Lee, favorable à l'esclavagisme pendant la guerre de Sécession américaine (1861-1865).

More news: Quand Bosse imite Nelson Monfort
More news: Barça : Neymar menace de saisir la Fifa
More news: PSG : Neymar "appartient au passé", clame le président du Barça

Certains militants rassemblés, professant la suprématie de la race blanche, étant venus munis de drapeaux confédérés, un symbole considéré comme raciste par une bonne partie des Américains.

Craignant des débordements, le gouverneur de l'Etat avait appelé vendredi les habitants à éviter de se rendre à l'événement que ce soit "pour le soutenir ou pour s'y opposer". "La violence ne mène à rien de bon", a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Le 8 juillet dernier, quelques dizaines de membres du Ku Klux Klan s'étaient déjà rassemblés dans cette ville paisible et pittoresque, très largement surpassés en nombre par les manifestants antiracistes.

Cette fois-ci, la droite nationaliste espérait attirer nettement plus de partisans, grâce à la présence de différents responsables de la mouvance Alt-Right, qui avait soutenu Donald Trump pendant sa campagne.

Like this: