Published: Mer, Août 16, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Trump: "Je pense qu'il y a des torts des deux côtés"

Trump:

"Vous avez un groupe d'un côté et un groupe de l'autre et ils sont venus les uns avec les autres avec des clubs - il y a un autre côté, vous pouvez les appeler à gauche, qui est venu attaquer violemment l'autre groupe ". Et vous aviez un groupe de l'autre côté qui était aussi très violent. "Dénonçant " l'Alt left qui a attaqué l'Alt right (terme qui désigne la droite alternative) ", il a aussi souligné, dans un formule qui a marqué les esprits, qu'il y avait des gens " très bien " des deux côtés.

Le président de l'AFL-CIO, Richard Trumka, et la secrétaire générale adjointe du principal syndicat américain, Thea Lee, ont démissionné mardi du conseillant l'administration des Etats-Unis en matière de politique industrielle, en accusant Donald Trump de "tolérer le sectarisme et le terrorisme intérieur".

Le président américain Donald Trump a décidément bien du mal à trouver les mots justes face aux violents incidents de Charlottesville (Virginie) de samedi. "Personne ne veut le dire", a-t-il affirmé.

"Nous verrons ce qui arrivera à M. Bannon", a-t-il lancé, au moment où l'avenir de ce chantre de la droite alternative américaine fait l'objet d'intenses spéculations depuis plusieurs jours. " Qaund vous avez un président qui n'a pas le courage de dire ce que la majorité des gens sait vrai, que les suprémacistes et les néo-nazi doivent être condamnés".

More news: Usain Bolt se blesse pour sa dernière course
More news: Un incendie ravage 2000 hectares de végétation — Corse
More news: Une voiture fonce délibérément dans une pizzeria — Ile-de-France

"En tant que PDG de Merck et en mon âme et conscience, j'estime de ma responsabilité de prendre position contre l'intolérance et l'extrémisme", ajoute M. Frazier, 62 ans, PDG de Merck depuis 2011. Le message qu'il envoie, à tous les racistes et néo-nazis du pays c'est: " c'est ok ".

Des propos qui ont donné un nouveau tour à la polémique, alors que la première réaction de Donald Trump, qui s'était montré réticent à dénoncer les groupes d'extrême droite impliqués dans les violences, avait déjà été très critiquée. "La haine raciale a toujours existé en Amérique. (.) Il ne peut y avoir aucune ambiguïté morale", a de son côté tweeté Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants.

Les réactions ambiguës et changeantes de Donald Trump à propos des événements de Charlottesville ont entraîné plusieurs démissions de grands patrons, membres de différents conseils économiques, qui expriment ainsi leur indignation à l'égard de ses récentes interventions publiques. Le journaliste de CNN Jake Tapper, termine ainsi son émission: "Quiconque regarde cette émission aujourd'hui et se retrouve confus, pensant qu'il n'y avait plus de débat et ce genre de choses sur les Ku Klux Klan, les néo-nazis, et les suprématistes blancs, dans une société civilisée". "En février 2016, le président américain avait également assuré dans une interview donnée à CNN ne " rien connaître " de David Duke, ancien militant du Ku Klux Klan, ni des mouvements " suprémacistes blancs ".

Like this: