Published: Sam, Août 12, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Pour un général nord-coréen, Donald Trump a perdu la raison

Pour un général nord-coréen, Donald Trump a perdu la raison

L'escalade des tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis connaît chaque jour un nouvel épisode.

'Il est grand temps que quelqu'un parle haut et fort pour les habitants de notre pays et les habitants d'autres pays', a-t-il déclaré à la presse depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances.

Les États-Unis comptent beaucoup sur la Chine pour faire pression sur Pyongyang, dont elle est le principal partenaire économique.

Depuis la mi-mai, et le lancement réussi de son Hwasong-12, un missile balistique à portée intermédiaire, il semble que le régime de Kim Jong-un soit en mesure d'atteindre, non plus seulement ses voisins immédiats comme le Japon et la Corée du Sud, mais au sud l'île de Guam, où se tiennent des bases américaines, ainsi que l'Asie du Sud-Est et, plus à l'ouest, une bonne partie de la Russie.

Le président américain Donald Trump est revenu sur sa formule controversée pour menacer Pyongyang.

Alors que le bras de fer continue entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, Pyongyang a pour la première fois annoncé une date concernant son plan d'attaque au missile contre l'île de Guam.

La Chine a appelé mercredi à éviter "les paroles et actions" susceptibles d'accroître la tension dans la péninsule coréenne, au lendemain de propos du président américain Donald Trump promettant "le feu et la colère" à Pyongyang.

More news: La costumière du show se fournit (parfois) chez IKEA — Game of Thrones
More news: Les mystérieuses vacances de Brigitte et Emmanuel Macron... en Italie ?
More news: Des œufs contaminés au fipronil, livrés dans le Maine-et-Loire

Interrogé sur d'éventuelles frappes préventives, Donald Trump, est resté évasif. "Si la Corée du Nord pense à attaquer quelqu'un que nous aimons ou nous représentons, nos alliés ou nous, ils pourront être très, très nerveux", a-t-il ajouté.

Trump a visé plus particulièrement le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Quatre missiles seront tirés simultanément, a expliqué l'armée.

Les engins "voleront 17 minutes et 45 secondes sur une distance de 3356,7 km, et s'écraseront en mer à 30 ou 40 km de Guam".

Selon les analystes, des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate: si les Etats-Unis ne tentaient pas de les intercepter, leur crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test d'ICBM grandeur nature.

Le général Kim Rak Gyom, commandant du Corps stratégique de l'Armée populaire de Corée (APC), a affirmé dans un discours que le Corps étudiait le plan "de tirs d'encerclement autour de l'île de Guam", qui est à ses yeux "une action pratique pour frapper les bases américaines à Guam".

Like this: