Published: Jeu, Août 10, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Pas de "menace imminente", selon Rex Tillerson — Corée du Nord

Pas de

La plupart des américains souhaite toutefois des sanctions plus franches concernant le nord de la péninsule coréenne, quitte à sanctionner des banques chinoises. Elle allonge la liste noire de l'ONU en y inscrivant neuf personnes et quatre entités commerciales qui sont soumises à une interdiction de voyage et au gel de leurs avoirs.

Donald Trump, lui, n'a pas hésité à se monter menaçant. D'autres mesures sont nécessaires.

Ainsi, Denver, qui se trouve à 9 800 km de la Corée du Nord, serait atteignable par un missile balistique intercontinental d'une portée de 11 400 km, tout comme Chicago.

Le président des Etats-Unis s'est vanté sur Twitter de la puissance nucléaire américaine, une menace à peine voilée à la Corée du Nord.

Mais outre les provocations, l'élément décisif semble être la Chine.

Cette nouvelle escalade intervient quelques jours après l'adoption de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord.

More news: L'héritier de Samsung risque 12 ans de prison
More news: Le gouvernement réaffirme son engagement à organiser la CAN de football 2019
More news: Neymar a signé un contrat de 5 ans avec le PSG

L'administration Trump pourrait décider avec ses alliés de ne pas attendre que Pyongyang attaque en premier et lancer une frappe préventive contre la Corée du Nord et ses installations militaires. Washington a exclu toute suspension du déploiement. Jusqu'à présent, les experts estimaient que l'armement nord-coréen était encore loin de présenter une quelconque menace pour les États-Unis.

En juillet, Pyongyang a procédé à deux tirs réussis d'ICBM. Hier, dans sa résidence de vacances, il s'adresse subitement aux médias et s'en prend à la Corée du Nord. Le gouvernement Obama n'a jamais réclamé la reprise des pourparlers à six parrainés par la Chine.

Le fruit de longues discussions avec son Secrétaire d'État Rex Tillerson? La crise entre les deux pays inquiète la presse internationale.

La réaction de Pyongyang ne se faisait pas attendre. Pour Sigmar Gabriel, le ministre allemand des Affaires étrangères, il est important de garder son calme.

Des missiles de croisière conventionnels pourraient également servir à diminuer la puissance de feu des Nord-Coréens, en détruisant leur artillerie ou leurs lanceurs. En effet, les États-Unis n'ont pas réussi à empêcher l'adhésion de la Corée du Nord au forum. Cela va-t-il être suffisant pour stopper les plans de la Corée du Nord? Il a aussi indiqué que si ces menaces continuaient, elles vont finir pas se heurter "au feu et à la colère".

Like this: