Published: Sam, Août 19, 2017
Culture | By Renaud Astier

Paris : un nouveau camp de migrants dans le 15ème arrondissement

Paris : un nouveau camp de migrants dans le 15ème arrondissement

Les opérations d'évacuation ont député vers 6h du matin pour se terminer à 11h.

Peu après 6 heures, 350 policiers rassemblaient les migrants présents, sac au dos ou petit sac de voyage avec eux, avant qu'ils ne soient évacués à bord d'une trentaine de bus. C'est la 35ème évacuation en deux ans dans la capitale.

Plusieurs centaines d'Afghans, Soudanais, Somaliens, Érythréens s'étaient à nouveau installés près du centre humanitaire pour migrants ouvert depuis novembre porte de La Chapelle, après la dernière opération d'évacuation qui avait concerné 2800 personnes le 7 juillet. 18 gymnases auraient été réquisitionnés pour les accueillir. Certains se protégeaient de la pluie avec des draps ou des sacs plastiques.

More news: Des Canadiens parmi les 14 victimes des attentats — Espagne
More news: Barça : c'est imminent pour Paulinho !
More news: Mondiaux d'athlé: le bronze pour Mélina-Robert Michon au disque

Un total de 2459 personnes - dont 60 femmes et 23 mineurs - ont été évacuées, a précisé à l'AFP Didier Leschi, directeur général de l'Office français de l'Immigration.

Trop, c'est trop. Le maire du XVe arrondissement de Paris, Philippe Goujon, a adressé vendredi un courrier à ses administrés pour protester contre la réquisition par la préfecture de deux gymnases de son secteur pour accueillir les migrants évacués du campement sauvage de la porte de La Chapelle. Ces migrants avaient été répartis dans une vingtaine de lieux d'accueil. Les personnes connues dans un autre État membre seront prises en charge temporairement le temps que soit organisé leur retour vers cet État membre, qui a seul vocation à instruire leur demande d'asile. "Les personnes déboutées du droit ou en situation irrégulière auront vocation à être reconduites à la frontière", peut-on lire dans un communiqué les préfectures de police et d'Ile-de-France. Le gouvernement a présenté mi-juillet un " plan migrants " prévoyant plus de 12 000 places d'hébergement pour les demandeurs d'asile et les réfugiés.

Des associations d'aide aux migrants ont exprimé leurs inquiétudes devant cette nouvelle volonté du gouvernement, notamment le fait de distinguer les réfugiés politiques des migrants économiques: "C'est très inquiétant, on se demande si ce "tri" ne va pas commencer avec cette évacuation", a déclaré le vice-président de l'association Utopia 56, Yann Manzi cité par l'AFP.

Like this: