Published: Ven, Août 25, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

Manger M&M's ou Napolitain favoriserait des cancers — Dioxyde de titane

Manger M&M's ou Napolitain favoriserait des cancers — Dioxyde de titane

Résultat? Tous les échantillons testés contenaient des nanoparticules de dioxyde de titane.

Le magazine 60 Millions de Consommateurs a mené une enquête sur 18 produits de l'industrie agroalimentaire et vient contredire les industriels qui assurent ne pas utiliser d'additifs. C'est ce que dénonce le magazine 60 Millions de Consommateurs dans son édition de septembre qui s'inquiète des effets sur la santé et déplore l'opacité des industriels.

M&M's, biscuits Napolitain, gâteaux glacés Monoprix Gourmet. Ce sont les additifs comme le E71 (dioxyde de titane) utilisés pour blanchir les bonbons, les plats préparés ou encore le dentifrice. "Notre choix s'est porté sur des bonbons, des gâteaux et des desserts glacés particulièrement appréciés des enfants et susceptibles de contenir du dioxyde de titane (le colorant E171) sous forme nanoparticulaire", explique le magazine. Une fois encore, la présence d'E171 apparaît clairement sur les étiquettes, mais jamais la mention nanoparticules, selon l'association. Ils constituent un risque pour la santé, car ils franchiraient plus facilement la barrière intestinale pour passer dans le sang.

More news: "Benzema ? Ma position n'a pas évolué" — Deschamps
More news: Blaise Matuidi quitte le PSG pour la Juventus Turin — Serie A-Mercato
More news: Collision au large de Singapour, dix marins disparus

"Lorsqu'une substance étrangère s'immisce au sein-même d'une cellule, on peut évidemment supposer qu'il peut y avoir des dégâts, en tout cas un dérèglement de certaines de ces cellules". Elle reproche également aux industriels concernés de faire preuve de "manque de vigilance" et de "manque de rigueur". En effet, peu de temps auparavant, l'Inra avait publié une étude concluant que l'exposition chronique au E171 favorisait la croissance de lésions pré-cancéreuses chez le rat. Même si on ne peut pas appliquer ces pourcentages à l'homme, l'étude pose quand même question. Mais l'Inra avait tenu à rappeler que l'agence du cancer de l'OMS avait classé cet additif comme cancérogène potentiel en cas d'exposition professionnelle par inhalation.

En juin 2016 déjà, l'ONG Agir pour l'environnement avait alerté sur la présence de nanoparticules, dont le dioxyde de titane, dans de nombreux produits alimentaires, et notamment dans plus d'une centaine de confiseries où ils n'étaient pas signalés sur les étiquettes.

Like this: