Published: Jeu, Août 10, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

L'UA appelle à la retenue et à la responsabilité — ELECTIONS KENYANES

L'UA appelle à la retenue et à la responsabilité — ELECTIONS KENYANES

Des affrontement ont opposé policiers anti-émeute et manifestants à Kisumu, grande ville de l'ouest du pays qui est l'un des fiefs électoraux de l'opposition.

A la mi-journée, la Commission électorale (IEBC) a publié les résultats transmis électroniquement par plus de 96% des bureaux de vote, créditant Uhuru Kenyatta de 54,36% des suffrages contre 44,76% pour Raila Odinga, sur un total de 14,4 millions de votes comptabilisés. Mais ces résultats n'ont pas été rendus publics.

Le leader de l'opposition, Raila Odinga, candidat à l'élection présidentielle du parti National Super Alliance (NASA) devant une école à Kibera, bidonville de Nairobi.

C'était presque évident. Depuis l'assassinat de Chris Msando, un membre de la commission électorale (IEBC) en charge du système informatique, les accusations de l'opposition se dirigeaient vers le clan du président Kenyatta.

" Uhuru doit rentrer chez lui ", a lancé celui qui en est à sa quatrième tentative pour diriger le pays de 48 millions de personnes.

Le vétéran de la politique kényane, 72 ans, a dénoncé une "fraude monumentale", estimant que les résultats provisoires avaient été manipulés par des hackers.

More news: Robert Mueller Impanels Grand Jury in Trump-Russia Probe (Report)
More news: Nice : Le Barça va passer à l'action pour enrôler Seri au mercato
More news: Un mort et un blessé grave dans l'attaque d'une base militaire — Venezuela

Selon lui, la commission électorale n'a pas le droit de donner ces chiffres sans les procès-verbaux des centres de vote.

"Pour l'instant, je ne peux pas dire si ce système a été piraté ou non", a-t-il en outre déclaré au sujet du piratage informatique évoqué par l'opposition.

Scandant le slogan " sans Raila, pas de paix", ils ont érigé des barricades et brûlé des pneus avant d'être dispersés par des tirs de gaz lacrymogène de la police.

Mercredi matin, les rues de Nairobi étaient anormalement calmes, même si les magasins fermés le jour du scrutin rouvraient progressivement leurs portes. Les violences avaient fait plus de 1 000 morts et un demi-million de déplacés.

On peut noter de longues files d'attentes de plusieurs centaines de mètres et de nombreux témoignages d'électeurs ayant passé la nuit devant les bureaux de vote. Il s'agit en effet, des élections générales qui permettront aux kényans, d'élire leurs députés, sénateurs, gouverneurs, élus locaux, représentantes des femmes à l'Assemblée mais surtout de choisir le prochain président de la république. Il est difficile d'en faire un pronostic; d'autant plus que les deux hommes sont au coude à coude. Il a fait campagne sur son bilan économique, notamment sur les vastes projets d'infrastructures, dont plusieurs sont financés par la Chine.

Like this: