Published: Sam, Août 12, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Le nombre de condamnations pour location illégale a explosé à Paris — Airbnb

Le nombre de condamnations pour location illégale a explosé à Paris — Airbnb

Depuis début janvier 2017, des propriétaires ont été condamnés en justice à payer 615.000 euros d'amendes, 3 fois plus qu'en 2016.

Plus de 300 plateformes proposent des locations touristiques dans Paris. Outre le nombre de condamnation, le montant moyen de l'amende est passé de 10 000 à 20 000 euros "On ne peut pas accepter d'avoir des centre-villes complètement désertés parce que des logements ont été transformés en machine à cash pour des touristes" a déclaré Ian Brossat, adjoint au logement à la ville de Paris, au micro d'Inter. Surtout, cette somme est déjà largement supérieure à celle engrangée par la mairie en 2014 (547.000 euros) et en 2015 (276.000 euros).

More news: 5 morts, 50 disparus parmi des migrants jetés à la mer — Yémen
More news: Barcelone : arrivée imminente de Coutinho ?
More news: Dandy numérique L'écrivain Gonzague Saint Bris meurt en voiture

En France, si le logement est loué moins de 120 jours par an, il est considéré comme la résidence principale du propriétaire. À Paris, la moyenne des amendes est passée de 10'000 euros en 2016 à 20'000 euros pour 2017, a précisé l'adjoint. À titre de comparaison, sur la même période en 2016, ce montant était de seulement 45.000 euros. En plus du cadre établi par la loi (déclaration des revenus, durée maximale de location par an, etc.), ils doivent déposer une demande aux services de la mairie et recevoir en retour un numéro d'identification à faire figurer sur leurs annonces. Comme toutes les grandes villes touristiques, la capitale française, qui emploie une équipe de 25 agents de la Direction du logement et de l'habitat pour contrôler les immeubles, multiplie les initiatives pour lutter contre les locations meublées touristiques illégales qui se développent au détriment du secteur hôtelier, favorisent la spéculation immobilière, vident certains quartiers de leurs habitants et provoquent des désagréments quotidiens pour les autres. Vous devrez ainsi présenter tout document prouvant que vous n'êtes pas hors-la-loi. Les saisines par la Ville à la justice sont passées de 42 logements en 2016 à 128 en 2017.

Like this: