Published: Ven, Juillet 21, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

Les personnes séropositives pourront bénéficier de soins funéraires

Les personnes séropositives pourront bénéficier de soins funéraires

Un arrêté permettant la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les personnes séropositives a été publié ce 20 juillet. Une "discrimination gravée dans le droit français" qui durait depuis 31 ans, selon leur communiqué.

C'est Agnès Buzyn, ministre de la Santé qui a signé le 12 juillet dernier l'arrêté mettant fin à cette mesure, et qui a été publié au Journal officiel ce jour. L'arrêté prendra effet à partir du 1er janvier 2018. Les personnes décédées porteuses du VIH pourront désormais recevoir des soins funéraires, alors que cela leur était interdit depuis 1986. La thanatopraxie vise à retarder le processus de décomposition en injectant notamment dans le système vasculaire, un produit antiseptique et conservateur à la place du sang. Les soins funéraires vont toutefois continuer à être interdits pour les individus morts de la maladie de Creutzfeld-Jakob, de tout "état septique grave ", de la rage, du choléra ou de la peste. Ces soins étaient interdits sur les personnes atteintes du VIH (ils le sont toujours pour les personnes atteintes de la maladie de Kreutzfeld-Jacob) par crainte de contamination.

More news: Romain Bardet peut-il gagner — Tour de France
More news: Ankara dénonce l'"irresponsabilité politique" de Berlin — Crise germano-turque
More news: Des détails et des images de la nouvelle console Atari — Ataribox

Une décision saluée par les associations.

La levée de cette interdiction, qui concerne aussi les personnes décédées atteintes d'hépatites, était réclamée de longue date par les associations de lutte contre le sida. L'association ActUp annonce d'ailleurs qu'elle restera vigilante quant à l'application de cette nouvelle mesure par les thanatopracteurs "dont une partie est très réticente face à la fin de cette discrimination". "Les séropositifs ne sont plus discriminés après leur mort", a réagi le conseiller régional d'Ile-de-France et militant de la lutte contre le sida Jean-Luc Romero, également sur Twitter.

Like this: