Published: Mer, Juillet 05, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Les archives du procès Barbie, trente ans après

Les archives du procès Barbie, trente ans après

Cela permet à des chercheurs d'écrire des ouvrages de leur choix, mais il n'y a rien de particulier dans les archives de ce procès Barbie au point de vue historique.

Il y a trente ans jour pour jour, et pour la première fois en France, la cour d'assises du Rhône condamnait chef de la Gestapo dans la région de Lyon Klaus Barbie pour "crimes contre l'humanité".

Les archives du procès, conservées aux Archives nationales et aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, seront désormais librement consultables pour "contribuer sans relâche à lutter contre le révisionnisme et l'oubli", ont annoncé en parallèle les ministres de la Justice et de la Culture dans un communiqué diffusé lundi.

Cela permet aux citoyens d'avoir accès aux archives d'un procès exceptionnel qui a été le premier procès pour crime contre l'humanité en France.

More news: Grenfell Tower exposed the 'disastrous effects of austerity': Corbyn
More news: Trump durcit le ton, sanctionne une banque chinoise — Corée du Nord
More news: A Top Vatican Adviser Is Facing Sexual Assault Charges In Australia

Son procès fait partie des rares à avoir été filmés pour les archives judiciaires, comme ceux de Paul Touvier et de Maurice Papon. Il devait notamment répondre de la rafle de 86 juifs rue Sainte-Catherine, au siège lyonnais de l'Union générale des israélites de France (Ugif), en février 1943; pour celle de 44 enfants juifs et de sept encadrants dans la "colonie" d'Izieu (Ain) en avril 1944 et pour l'organisation d'un convoi de Lyon à Auschwitz le 11 août 1944. Défendu par le célèbre avocat Jacques Vergès alors qu'il avait 73 ans, il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir commis 17 crimes contre l'humanité.

Pour commémorer le verdict de ce procès hors-normes, une soirée d'hommages débutera ce lundi soir à 21h30, dans la salle des pas perdus du palais aux 24 colonnes situé dans le 5 arrondissement de Lyon.

Il est mort en prison, quatre ans plus tard.

Like this: