Published: Ven, Juillet 14, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Le budget de la défense pourrait être amputé de 850 M€

Le budget de la défense pourrait être amputé de 850 M€

Après le revirement du weekend dernier sur les questions fiscales et le recadrage du Premier ministre par le chef de l'Etat, les militaires espèrent bien assister à une nouvelle volte-face. Au Sénat, Gérard Larcher et Jean-Pierre Raffarin s'alarment dans un communiqué des "coupes qui pourraient compromettre les missions des armées et remettre en cause la trajectoire financière vers les 2% du PIB consacrés à la Défense". Il se situe généralement dans une fourchette basse, et a atteint cette année 450 millions d'euros. La défense de la France, qui, dans une situation internationale à peine améliorée, reste la cible du terrorisme, passe par le maintien en état de nos capacités d'action et de réaction. Et de lancer quelques pistes: "Sur certaines lignes du ministère des Armées, il y a la possibilité de décaler non pas des salaires, non pas la sécurité, non pas les militaires eux-mêmes, mais de décaler quelques commandes, sur du gros matériel par exemple, et c'est pour ça que nous avons identifié ces 850 millions". Soit 50 milliards d'euros en 2025 (contre 32,7 milliards d'euros en 2017).

"Les équipements vont forcément être impactés". L'armée française est particulièrement sous pression depuis les attentats de janvier 2015 et la mise en place de l'opération Sentinelle, ainsi que les opérations extérieures dans lesquelles la France s'est engagée (Sahel et Levant).

"On ne sait pas comment on va atterrir".

More news: Congressman Takes First Formal Step To Impeach Trump
More news: Abandon de l'Australien Richie Porte après une terrible chute — Tour de France
More news: La fermeture de plusieurs stations de métro inonde Twitter — Orages à Paris

Edouard Philippe a promis mardi soir que le ministère de la Défense bénéficierait d'un "effort supplémentaire" en 2018, dans une interview aux Echos où il détaille les choix budgétaires de l'exécutif. "Nous avions prévu 350 millions d'euros (.) 850 millions d'euros, c'est considérable, a asséné Michel Sapin". Les surcoûts - masse salariale et dépenses de fonctionnement - font théoriquement l'objet d'un financement interministériel, en loi de finances rectificative de fin d'année.

Si les députés réunis en commission ont applaudi l'intervention de Pierre de Villiers, la majorité à l'Assemblée soutient officiellement l'exécutif et donc les coupes budgétaires réclamées.

Depuis 2013, le surcoût des opérations extérieures dépasse 1,1 milliard d'euros.

Like this: