Published: Mar, Juillet 18, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Forte de l'appui populaire, l'opposition défie le gouvernement Maduro — Venezuela

Forte de l'appui populaire, l'opposition défie le gouvernement Maduro — Venezuela

Le scrutin a été endeuillé par la mort d'une femme, tuée par des hommes armés à moto devant un bureau de vote dans l'ouest de Caracas.

Pour faire entendre leur voix, les opposants au président vénézuélien, Nicolas Maduro, ont organisé un référendum symbolique, ce dimanche.

Par centaines de milliers, les électeurs, beaucoup vêtus de blanc ou aux couleurs du drapeau jaune, bleu, rouge du Venezuela, ont commencé dès dimanche matin à glisser leur bulletin dans des boîtes en carton installées dans des bureaux de vote à travers le pays par la coalition d'opposition, la Table de l'unité démocratique (MUD). D'autres villes espagnoles, dont Barcelone, ont accueilli des points de vote.

Le gouvernement a, lui, invité les citoyens à venir tester les machines de vote qui seront mises en place à la fin du mois pour élire les membres de la Constituante. "A présent, nous devons matérialiser le mandat que nous avons reçu", a déclaré lundi dans une interview radio Julio Borges, le président du Parlement, contrôlé par les antichavistes -du nom d'Hugo Chavez, président de 1999 à sa mort en 2013, dont M. Maduro est l'héritier. L'opposition considère qu'il s'agit d'un moyen de contourner l'Assemblée nationale, où l'opposition est majoritaire depuis 2016.

En face, le gouvernement devra éviter une faible participation le 30 juillet car la Constituante aurait alors une "légitimité" amoindrie.

Selon l'institut de sondages Datanalisis, près de 70% des Vénézuéliens sont opposés à la Constituante.

More news: Audrey Pulvar fait ses adieux au journalisme sur CNews
More news: Sevran: "roué de coups" un policier fait usage de son arme
More news: Romain Bardet remporte la 12e étape, Fabio Aru prend le maillot jaune

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exprimé sa préoccupation. Le Venezuela compte un peu plus de 31 millions d'habitants.

Le quotidien estime que seuls trois événements pourraient modifier l'objectif du gouvernement - continuer à museler l'opposition et se maintenir au pouvoir le plus longtemps possible: "Une intervention militaire étrangère, un soulèvement militaire interne ou une insurrection populaire". Ce "show international (.) faites-le, mais en paix".

Samedi, cinq anciens présidents latino-américains sont arrivés à Caracas pour assister à la consultation de l'opposition en tant qu'"observateurs internationaux".

Ces dernières semaines, le camp gouvernemental a laissé entrevoir des fêlures, avec les prises de position critiques de la procureure générale Luisa Ortega, une chaviste entrée en dissidence et menacée d'un procès qui pourrait conduire à sa destitution.

En confrontation ouverte avec le gouvernement Maduro depuis des mois, l'opposition accuse le régime d'être responsable de la crise économique qui étouffe le Venezuela, frappé de plein fouet par l'inflation et l'effondrement des prix du pétrole, moteur économique du pays. Mme Ortega n'a toujours pas annoncé si elle allait voter.

Like this: