Published: Sam, Juillet 15, 2017
Science | By Sylvain Tremaux

En 100 ans, 200 espèces d'animaux vertébrés ont disparu — Extinction de masse

En 100 ans, 200 espèces d'animaux vertébrés ont disparu — Extinction de masse

Une nouvelle étude " L'annihilation biologique via la 6ème extinction de masse signalée par le déclin et la disparition des populations de vertébrés " a été publiée le 10 juillet: derrière ce titre pompeux se dresse un tableau particulièrement sombre de l'état de la biodiversité dans le monde, concluant que la sixième extinction de masse est plus que jamais en cours et que l'avenir de l'Homme est loin d'être assuré.

L'extinction des espèces s'accélère et ne concerne plus uniquement les animaux considérés comme menacés. A l'aide de la carte élaborée par cet organisme, qui détermine la répartition des espèces de mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens sur Terre, les trois auteurs de l'étude se sont concentrés sur l'extinction de 177 mammifères, soit environ la moitié des mammifères connus, sur les cinq continents entre 1900 et 2015.

Cette fois, les chercheurs sont revenus pour quantifier le déclin non plus du nombre d'espèces mais des populations, c'est-à-dire des groupes d'animaux sur un territoire.

La nouveauté de l'étude, menée par Gerardo Ceballos, Paul Erlich et Rodolpho Dirzo, réside dans le fait que la disparition totale d'une espèce vivante n'est pas l'unique signe de sa perte: la disparition d'une population sur un territoire donné signe le déclin qui mène à l'extinction.

Résultat: sur ces 177 mammifères, tous ont perdu au moins 30% de leurs aires géographiques de répartition et plus de 40% d'entre elles en ont perdu plus de 80%.

C'est une "défaunation " aux conséquences "catastrophiques ".

Depuis plusieurs années, l'Union internationale pour la conservation de la nature, l'UICN, annonçait la disparition de deux espèces animales par an, mais ce chiffre ne rend pas compte de la réalité. Lire la newsBiodiversité: 130.000 espèces connues ont déjà disparu (article paru le 22/06/2015) Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs français vient de prouver que 7% de la biodiversité terrestre a déjà disparu. Les causes sont nombreuses: la destruction des habitats naturels provoquée par l'agriculture, la déforestation, l'urbanisation ou l'extraction minière; la surexploitation des espèces (qu'elle soit légale ou illégale), la pollution, les espèces invasives et, finalement, le réchauffement climatique.

More news: Wimbledon : Djokovic critique la qualité des courts
More news: Abou Bakr al-Baghdadi: qui est-il?
More news: Philippe Lacheau va adapter (et jouer) Nicky Larson

La fenêtre de tir pour une action efficace n'est plus que de deux à trois décennies.

La surpopulation humaine, liée à une croissance continue de la population. Et les services essentiels au maintien de la civilisation.

En effet, rappelons que la faune est essentielle à notre survie.

La population des lions d'Afrique a par exemple chuté de près de 45% en 25 ans. Autant par la pollinisation, l'assainissement de la qualité de l'air et de l'eau ou du stockage de CO2. Il ne resterait plus que 80.000 individus. Les girafes ont diminués de 115'000 spécimens à à 97'000 entre 19845 et 2015. Quant aux populations de pangolins, elles ont été décimées.

La liste est malheureusement encore très longue.

.

Les zones les plus touchées, notamment pour les mammifères et les oiseaux, sont celles situées aux tropiques (Amazonie, bassin du Congo, Asie du Sud-Est) car ce sont les plus riches en termes de faune.

Like this: