Published: Lun, Juillet 17, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

"Contenu illégal": Winnie l'ourson désormais censuré en Chine


Adieu gifs, images et autres animations de Winnie l'Ourson en Chine. En tout cas, toutes les traces de ce personnage, créé par l'auteur anglais A.A. Milne en 1926, ont été supprimées des réseaux sociaux du pays, rapporte le Financial Times ce dimanche 16 juillet.

La raison? La comparaison que faisaient les internautes entre Winnie.et le président chinois Xi Jinping. L'adorable Winnie fait actuellement les frais de la censure, puisqu'il est en train de disparaître progressivement des réseaux sociaux.

Sur le réseau social Weibo, il est encore possible d'afficher l'image de l'ourson, mais tous les commentaires sont bloqués, avec un message d'erreur indiquant un " contenu illégal". Aucune explication officielle n'a pas encore été donnée concernant cette censure.

More news: Edouard Philippe accélère les baisses d'impôts et annonce un "souffle fiscal"
More news: "Quelque chose pourrait se passer" sur l'accord de Paris — Trump
More news: Attentat de Nice: l'hommage bouleversant de Calogero

"Auparavant, deux choses étaient interdites: les organisations politiques et les actions politiques".

Selon lui, plusieurs individus ont été récemment arrêtés pour avoir posté des messages sur le président chinois. A l'époque, un internaute avait fait un photomontage avec une photo de Xi Jinping et Barack Obama, en l'accolant à celle de Winnie et Tigrou. Une image montrant Xi Jinping lors d'une parade et l'ourson dans une voiture, a par ailleurs été désignée " image la plus censurée de 2015 " par les observateurs de l'agence Global Risk Insights, souligne Franceinfo.

La censure d'une image moquant le Président chinois peut sans doute s'expliquer par la tenue, à l'automne, du 19ème congrès du PCC (Parti Communiste Chinois) qui doit décider de la nomination du Bureau Politique. Une décision loin d'être anodine à la veille du 19 congrès national du parti communiste. Cette année, une troisième interdiction s'est ajoutée à la liste: "parler du président", décrypte Qiao Mu, professeur d'analyse médiatique à la Beijing Foreign Studies University dans les colonnes du Financial Times.

Like this: