Published: Jeu, Juin 22, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Une centaine de tués à Bria — Centrafrique

Une centaine de tués à Bria — Centrafrique

"Nous dénombrons dans nos rangs au moins un mort et une vingtaine de blessés, qui ont été pris en charge par les ONG", a expliqué pour sa part Djamil Babanani, un porte-parole du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), un des principaux groupes armés de l'ex-coalition musulmane Séléka.

Le nouvel accord signé lundi à Rome, sous le parrainage de la communauté catholique Sant'Egidio, prévoit un cessez-le-feu immédiat entre les différentes factions, la levée des barrages et le rétablissement de la libre circulation.

"Nous savons que beaucoup reste à faire".

La Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca), qui possède un contingent marocain présent de façon permanente à Bria, "est intervenue" et a "mené des patrouilles pendant toute la nuit pour prévenir des violences", selon le porte-parole de cette force, Vladimir Monteiro.

More news: PSG: Un premier renfort pour Henrique
More news: RETRAITE: fin de carrière pour Daniel Day-Lewis ?
More news: Nintendo annonce Metroid Samus Returns sur 3DS

L'accord met en place un canal de communication régulier entre l'organisation, basée à Rome, et les Nations unies, une collaboration qui rendra les deux institutions "plus fortes", selon le président de Sant'Egidio Marco Impagliazzo. En mai, les affrontements entre les milices anti-balaka et l'ex-Séléka ont fait au moins 22 morts à Bria et 115 morts à Bangassou.

La CPS, qui n'est pas encore opérationnelle mais s'est installée fin mai à Bangui, doit instruire et juger les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre commis en Centrafrique depuis 2003.

La ville de Bria avait déjà été frappée du 15 au 18 mai par des affrontements entre groupes armés qui avaient fait cinq morts et 29 blessés.

"14 préfectures sur les 16 que compte la République centrafricaine se trouvent sous l'occupation des groupes armés", déplorait récemment l'ambassadeur centrafricain à l'ONU, Léopold Ismael Samba, estimant que "tout effort du gouvernement tendant à déployer l'administration dans l'arrière-pays est aliéné". Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Like this: