Published: Sam, Juin 03, 2017
France | By Rebecca Lemoine

Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord de Paris — Climat


Les réactions ont fusé des quatre coins de la planète - dans la sphère politique mais aussi économique - entre stupeur, colère et effarement. Les gouverneurs démocrates de la Californie et des Etats de New York et de Washington ont rapidement lancé une "alliance pour le climat " afin d'organiser la résistance.

Les condamnations sont unanimes partout dans le monde, alors que 194 autres pays avaient signé l'accord climat, qui vise à contenir la hausse de la température moyenne mondiale "bien en deçà " de 2 degrés par rapport à l'ère pré-industrielle. La Chine et les États-Unis, les deux plus grands pollueurs de la planète en la matière, l'ont ratifié ensemble au début du mois de septembre dernier. La surprise est venue jeudi soir des arguments qu'il a avancés pour justifier sa décision.

La communauté internationale a condamné en chœur la décision de Trump.

"Afin de remplir mon devoir solennel de protection de l'Amérique et de ses citoyens, les Etats-Unis se retireront de l'accord de Paris sur le climat", a annoncé Donald Trump depuis la roseraie de la Maison Blanche, sous les applaudissements.

La réponse des Européens, tranchante, ne s'est pas fait attendre: s'ils 'regrettent' cette décision, Berlin, Paris et Rome ont souligné, dans un communiqué commun, que l'accord ne pouvait en aucun cas être renégocié.

"L'accord de Paris durera".

More news: Trump rencontre Macron, loue sa "formidable victoire"
More news: Mélenchon fustige un gouvernement "quasi poutinien" — France
More news: Macron: l'utilisation d'armes chimiques en Syrie déclenchera "une riposte immédiate"

"Make our planet great again", Emmanuel MACRON se paie TRUMP en anglais et dénonce "une faute pour l'avenir de notre planète". De son côté, le président du parti socialiste Elio Di Rupo estime pour sa part que ce retrait est une erreur de jugement et un très mauvais signal.

Le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen a déploré une "triste journée pour le monde". "Mais même en l'absence de leadership américain; même si cette administration se joint à une petite poignée de pays qui rejettent l'avenir; je suis certain que nos Etats, villes et entreprises seront à la hauteur et en feront encore plus pour protéger notre planète pour les générations futures".

Ils appellent à "appliquer rapidement" les objectifs de l'accord dans le domaine du financement climatique et demandent à tous leurs partenaires à accélérer les mesures permettant de combattre le changement climatique. De même, le patron de General Electric qui ne participe pas au conseil, Jeff Immelt s'est prononcé clairement opposé à Trump jugeant que: " L'industrie doit maintenant prendre la tête et ne plus dépendre du gouvernement ".

"En sortant de l'Accord de Paris, Donald Trump oublie non seulement les responsabilités prises par les Etats-Unis pour lutter contre les changements climatiques, mais ignore complètement la réalité des changements climatiques eux-mêmes. Quitter l'Accord de Paris n'est bon ni pour l'Amérique, ni pour le monde", a-t-il déclaré.

Bob Iger, le PDG de Disney, lui a emboîté le pas. En raison de la procédure prévue, cette sortie ne deviendra effective qu'en 2020.

Like this: