Published: Mar, Juin 20, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Tir de missiles en Syrie: un "message" de l'Iran à ses ennemis

Tir de missiles en Syrie: un

Un avion de chasse américain a abattu dimanche un appareil de l'armée syrienne qui avait, selon Washington, bombardé les forces soutenues par les Etats-Unis et luttant contre le groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie. Inquiets, les Etats-Unis ont déployé des batteries de lance-roquettes multiples.

L'armée syrienne a accusé la coalition internationale dirigée par Washington d'avoir abattu un de ses avions dimanche dans la province de Raqa (nord), où les troupes gouvernementales sur le terrain se rapprochaient considérablement des forces soutenues par les Etats-Unis.

Mais l'objectif du régime n'est pas Raqa, que tentent de capturer les FDS, alliance de combattants kurdes et arabes anti-EI.

"Le régime veut à travers la province de Raqa parvenir à la province pétrolière de Deir Ezzor", plus à l'est, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

"Le régime (.) ne veut pas que les forces soutenues par les Américains avancent plus au sud de Raqa", a-t-il ajouté, faisant état d'affrontements dans la nuit entre l'armée et les FDS dans deux villages, Chouwayhane et Jaaydine, à une quarantaine de kilomètres au sud de Raqa.

Les FDS sont entrées le 6 juin dans la "capitale" de facto de l'EI en Syrie, se sont emparées d'une poignée de quartiers et s'apprêtent à y lancer la bataille cruciale du centre-ville.

More news: ANTHEM, le nouveau jeu de Bioware présenté à l'E3 2017
More news: Phelps va affronter… un requin !
More news: Les discussions sur un accord de gouvernement se poursuivent — Grande-Bretagne

Engagé aux côtés du régime, l'Iran a pour sa part annoncé des tirs de missiles de moyenne portée contre des cibles "terroristes" en Syrie. Les médias iraniens ont fait état de six missiles.

"Les frappes de missiles ne sont qu'une petite partie de la capacité punitive de l'Iran contre les terroristes et contre ses ennemis", a déclaré le 19 juin le général Ramezan Sharif, porte-parole des Gardiens de la révolution à Press TV.

Cette attaque a eu lieu en "représailles" aux attentats perpétrés le 7 juin contre le Parlement et le mausolée de l'imam Khomeiny à Téhéran, qui ont fait dix-sept morts et ont été revendiqués par l'EI, ont annoncé les Gardiens dans un communiqué publié sur leur site sepahnews.

"En cas de répétition de ces attaques sataniques contre le peuple iranien, ils devront s'attendre à la colère révolutionnaire et les flammes de la vengeance", préviennent-ils.

De hauts responsables iraniens ont quant à eux pointé du doigt l'Arabie saoudite, grande rivale régionale de l'Iran.

Like this: