Published: Ven, Juin 23, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Theresa May présente sa loi pour sortir de l'UE

Theresa May présente sa loi pour sortir de l'UE

La Première ministre britannique Theresa May a présenté, mercredi 21 juin, par la voix de la reine Elizabeth II, un programme expurgé de toute mesure qui fâche et orienté sur le travail colossal qui attend le Royaume-Uni pour sortir de l'Union européenne. Est absente également sa proposition électorale de rétablir l'autorisation de la chasse au renard.

Elle a ajouté que le gouvernement britannique chercherait " à construire le consensus le plus large possible sur l'avenir du pays hors de l'Union européenne ", alors que le gouvernement est divisé sur la question.

Theresa May a par ailleurs abandonné ses mesures les plus contestées au plan social.

Les Européens pourraient donc ne plus très bien savoir quel est exactement le message que veut transmettre Londres, en particulier au moment où la presse britannique spécule sur un possible renversement de Theresa May par des poids lourds du parti.

Toutefois, faute d'avoir la pleine main sur le Parlement, le gouvernement peut essuyer un camouflet lors d'un vote de confiance programmé le 29 juin, après plusieurs jours de débats parlementaires.

Le discours de la reine, préparé par des ministres et lu par Elizabeth II, interviendra alors que le Parti conservateur n'a pas encore réussi un accord de coalition avec Parti démocratique unioniste (DUP), dont les 10 sièges lui sont nécessaires pour atteindre la majorité absolue.

More news: Mionistère de la cohésion des territoires : Richard Ferrand sur le départ
More news: Édouard Philippe fera sa déclaration de politique générale le 4 juillet prochain
More news: Real Madrid : Cristiano Ronaldo ne veut plus quitter le club

Mais cet accord, qui semblait être une formalité, tarde à se concrétiser.

" C'est une coalition instable, ce n'est même pas une coalition, ils n'ont même pas d'accord avec le DUP ", a commenté le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn.

Mme May a résisté aux multiples appels à la démission depuis les législatives qu'elle avait convoquées par anticipation, persuadée de l'emporter haut la main, mais les médias bruissent de rumeurs sur son possible remplaçant.

La ligne du gouvernement britannique n'est toutefois pas totalement claire, d'autant que le ministre chargé du Brexit, David Davis, a mis en avant lors du lancement des discussions lundi la nécessité pour le Royaume-Uni de quitter l'UE dans le but de reprendre le contrôle de ses affaires.

Hors du Parlement, un millier de personnes ont commencé à défiler jusqu'à Downing Street pour appeler à "faire tomber le gouvernement".

Like this: