Published: Jeu, Juin 15, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

Paris-Londres. Plan antiterroriste et Brexit au menu

Paris-Londres. Plan antiterroriste et Brexit au menu

Mme May a indiqué de son côté que que "le calendrier est maintenu" et que les négociations du Brexit démarreraient avec l'UE "la semaine prochaine". Toutefois, Emmanuel Macron s'est montré favorable à un retour du Royaume-Uni dans l'Union européenne, en insistant sur le fait que "la porte" était "toujours ouverte", et qu'il était donc encore temps pour le Royaume-Uni de faire marche arrière. "La Première ministre britannique avait convoqué des élections générales pour tenter d'élargir sa majorité et aborder les négociations avec l'UE en position de force, mais Mme May a perdu son pari".

Le résultat des élections britanniques de jeudi dernier n'était "certainement pas un soutien à un +hard Brexit+, mais c'est la responsabilité du gouvernement britannique d'en tenir compte", a encore affirmé M. Verhofstadt lors d'un point de presse à Strasbourg.

Le chef de l'Etat a certes tout fait, mardi 13 juin à Paris, pour se montrer solidaire envers Theresa May, encore sonnée par son récent échec électoral.

Les deux dirigeants se sont retrouvés en fin d'après-midi à l'Elysée pour un dîner de travail avant de se rendre au stade de France pour assister à un match de football France-Angleterre où une minute de silence pour les victimes des attentats a été observée.

More news: Le MoDem dans la tourmente — Assistants parlementaires
More news: Dentistes. En grève cette semaine en Bretagne
More news: Edouard Philippe recadre François Bayrou

Deux sujets essentiels ont été abordés ce mardi soirs, lors d'une rencontre entre le président français Emmanuel Macron et la Première ministre britannique Theresa May. "Mais en France, pas en Grande-Bretagne", écrit le Financial Times lundi.

La France et le Royaume-Uni ont décidé de lancer un "plan d'action très concret" pour renforcer la lutte antiterroriste, quelques jours après les attentats de Londres et de Manchester. Une analyse partagée par Theresa May, qui a déclaré: "nous lançons une campagne conjointe britannico-française pour faire en sorte qu'internet ne puisse pas servir de lieu sûr pour les terroristes et les criminels ni d'endroit de radicalisation qui mènent à tant de mal" [La Dépêche].

A cette occasion, alors que le protocole prévoit normalement que le "God save the Queen" soit entonné avant la Marseillaise, cet ordre sera inversé.

Like this: