Published: Ven, Juin 02, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Nouvelles révélations sur le ministre Richard Ferrand — France

Nouvelles révélations sur le ministre Richard Ferrand — France

Sa direction actuelle proclame dans un récent communiqué qu'il "était parfaitement connu que ces locaux appartenaient à la compagne de Richard Ferrand". Invité sur la matinale de France Inter ce mercredi, le ministre de la Cohésion des territoires, empêtré dans plusieurs affaires révélées par la presse, a affirmé qu'il ne démissionnerait pas malgré une polémique concernant une transactions immobilière impliquant sa compagne. "Je ne le ferai pas pour deux raisons: d'abord j'ai ma conscience pour moi, je ne suis pas mis en cause par la justice de la République que je respecte profondément, et (.) je veux me consacrer aux priorités de mon ministère". Le Premier ministre Edouard Philippe a affiché sa confiance et affirmé que les électeurs seraient "le juge de paix" du ministre, candidat aux législatives des 11 et 18 juin.

S'il s'est abrité derrière le fait que la justice n'ait pas trouvé jusqu'ici matière à enquêter dans les informations publiées par la presse, il a néanmoins dit que, "par définition, il n'y a que la justice qui puisse lever le soupçon".

'Personne ne fera obstruction à cela.

Le président de la République a tenu en Conseil des ministres à "appeler à la solidarité, la responsabilité", a rapporté le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

Le parquet de Brest avait fait savoir vendredi qu'il n'ouvrirait pas d'enquête, "aucun des faits relatés" n'étant "susceptible de relever d'une ou plusieurs qualifications pénales".

More news: Cannes : Diane Kruger, prix d'interprétation féminine
More news: Où en est l'enquête — Attentat à Manchester
More news: "Prêt" pour le retour, Thomas Pesquet a déjà fait sa valise

"Devais-je m'abstenir de défendre un principe pertinent et dans le sens de l'intérêt général au prétexte que je connais bien le sujet", s'interroge cet ancien socialiste qui fut l'un des ralliés de la première heure à Emmanuel Macron. D'où ce nouvel envoi, signé par l'avocat de LR, Rémi-Pierre Drai, au nom de son secrétaire général, Bernard Accoyer, comme une provocation: "Le parquet de Brest se moque du monde; s'il n'ouvre pas une enquête préliminaire, c'est un scandale", s'indigne un cacique du parti.

Beaucoup d'internautes ont immédiatement établi des parallèles entre l'affaire de François Fillon et celle de M. Ferrand. "Dans le plan privé, le jugement c'est quoi? Mais on n'en a rien à faire de la morale", s'est-il exclamé. Mais jusqu'ici, Matignon fait bloc derrière Richard Ferrand.

Selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico, 70 % des Français souhaitent la démission de Richard Ferrand et 62 % pour Marielle de Sarnez. La vice-présidente du MoDem a déposé une plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre l'eurodéputée du Front national Sophie Montel, qui a envoyé une lettre à l'origine de la procédure. Il a le droit de s'exprimer sur Twitter en tant que tel, comme citoyen et pas comme ministre.

À l'antenne d'Europe 1, la ministre chargée des Affaires européennes a déclaré: "François Bayrou c'est aussi un homme public, un homme politique, un citoyen".

"Il a rappelé que notre objectif doit être de façon permanente celui de l'exemplarité dans nos actions publiques", a-t-il ajouté, alors que le nouveau gouvernement nommé par M. Macron prépare un texte de loi sur la moralisation de la vie politique française.

Like this: