Published: Ven, Juin 09, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Nouvelles perquisitions, "plusieurs" arrestations — Attaque de Londres

Nouvelles perquisitions,

Sur le front de l'enquête, des perquisitions ont été effectuées à Barking, une banlieue multiethnique de l'est de Londres, où la police a arrêté 12 personnes âgées de 19 à 60 ans.

C'est la troisième attaque vécue par les Britanniques en trois mois.

L'attentat a été revendiqué dans la nuit de dimanche à lundi par le groupe Etat islamique (EI).

Un photographe de l'AFP a distingué sur place quatre femmes, qui étaient emmenées par la police.

Des policiers lourdement armés se sont rendus notamment au domicile de l'un des trois suspects abattus lors de l'attentat.

Deux des trois assaillants ont été identifiés par la police lundi.

Le drame a éclaté vers 22h00 (23h00 en Suisse), quand venait de s'achever la finale de la Ligue des champions de football, qu'un public nombreux était allé regarder dans les pubs de Borough Market, un quartier branché de la rive sud de la Tamise.

Kirsty Boden, une infirmière de 28 ans employée dans un hôpital londonien, a été tuée alors qu'elle se précipitait pour venir en aide aux personnes renversées par la camionnette des assaillants sur le London Bridge, selon la famille qui a diffusé un court message.

More news: "On ne pourra plus dire que l'on est maudit", savoure Azéma — Clermont
More news: L'alliance arabo-kurde annonce "la grande bataille" de Raqa — Syrie
More news: Monfils, dernier Français, éliminé par Wawrinka — Roland-Garros

"Ils ont renversé des tas de gens", a témoigné Chris, un chauffeur de taxi, à la radio LBC. Les assaillants portaient de faux gilets explosifs pour accroître la panique.

Samedi soir, trois assaillants à bord d'une camionnette ont foncé sur la foule sur le London Bridge puis poignardé plusieurs personnes à Borough Market avant d'être abattus par la police. Cette action a été revendiquée dimanche soir pas Daech.

Sept personnes ont été tuées, dont Français. Alors qu'il était porté disparu jusqu'alors, le ministre des Affaires étrangères espagnol avait regretté la "lente" procédure d'identification des victimes. Selon son entourage, le ministre se rendra lundi après-midi 5 juin à Londres pour y rencontrer les familles des victimes, des blessés et son homologue Boris Johnson. Par ailleurs, sept Français ont été blessés, dont quatre grièvement.

Stations de métro et rue fermées, fêtards enfermés dans les bars et restaurants, voitures de police passant toutes sirènes hurlantes: les deux sites touristiques sont passés de la fête au cauchemar. Un autre témoin, Gerard, a déclaré à la BBC: "Ils criaient "C'est pour Allah". Sur le plan politique, il a jugé que "l'une des urgences" était la lutte "contre la propagande et la radicalisation sur internet", "véritable sanctuaire où les candidats au terrorisme s'alimentent, s'influencent et organisent leur passage à l'acte". Dans un tweet, il a néanmoins aussi accusé Sadiq Khan, de confession musulmane, de ne pas prendre au sérieux la menace terroriste.

Le président français Emmanuel Macron a assuré dimanche que la France était "aux côtés du Royaume-Uni".

Alors que l'Europe est régulièrement touchée par des attentats terroristes, Londres a été de nouveau victime d'une attaque samedi soir.

Deux mois plus tard, un attentat a fait 22 morts et plus de 100 blessés le 22 mai à Manchester, lorsqu'un jeune Britannique d'origine libyenne s'est fait exploser à la sortie d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande.

Like this: