Published: Mer, Juin 14, 2017
Sport | By Katia Genin

Nadal, Federer, les légendes ne meurent jamais — Tennis

Nadal, Federer, les légendes ne meurent jamais — Tennis

Quand tu hésites sur le coup que tu dois jouer, tes jambes sont forcément plus lentes pour réagir.

Nadal, 31 ans, avait commencé son retour au premier plan dès l'Open d'Australie, où il avait joué, et perdu contre Federer, sa première finale majeure depuis son titre à Paris en 2014. C'est un monstre. Il est pratiquement injouable sur terre (52 de ses 72 titres sur la surface ocre). Il va être très difficile à battre. Mais je me suis incliné face à un joueur qui s'est imposé pour la dixième fois ici. Cela a été un bon Roland-Garros pour moi.

Ce titre est-il différent des autres? Précisons que plus de deux lecteurs interrogés sur dix "se posent quand même des questions" (23,5%).

Reste aussi des chiffres et des records tous plus fous les uns que les autres. Déjà sorti du creux de la vague de 2015 (10e mondial), il avait été contraint à l'abandon avant le troisième tour de Roland-Garros par une blessure au poignet. Celui-ci est particulier parce que c'est le dixième, qu'il y a cette cérémonie à la fin. C'est pourtant de ce début du match en demi-teinte dont il a le plus parlé pendant sa conférence de presse.

More news: Russie : plus de 200 arrestations lors des manifestations anticorruption
More news: Déroute pour les anciens ministres de François Hollande — Résultats législatives
More news: Elections législatives 2017 : découvrez le résultat du premier tour (vidéo)

Implacable, il a largement dominé le Suisse Stanislas Wawrinka, en trois sets (6-2, 6-3, 6-1). Mais il fallait qu'il accepte de faire ça, puis qu'il transpose tout ça en match, puis qu'il gagne des matchs pour engranger de la confiance. Il a été très solide au service, ne concédant aucun break et seulement une occasion au Suisse. A partir de là, j'ai pu me libérer.

A quel moment avez-vous compris que le match ne pouvait plus vous échapper?

Après la finale dames brillamment remportée par la Lettone Jelena Ostapenko contre la Roumaine Simona Halep (4-6, 6-4, 6-3), place à la finale messieurs en ce dimanche 11 juin. Je me suis dit que si je jouais bien depuis deux semaines, il n'y avait pas de raison de rater ma finale. Je ne peux pas répondre à cette question. Il est extrêmement 'fit' (affûté), très bon et extrêmement agressif. Mais il m'était déjà arrivé de gagner le tournoi sans perdre le moindre set. "Je suis trop vieux, je ne veux plus jouer à ce putain de jeu", lâche le Russe. Attitude, statistiques, tout poussait à croire qu'il était l'immense favori de cette édition 2017.et il en a fait la démonstration implacable sur le court. " En début d'année, je trouvais qu'il n'avait pas encore retrouvé sa qualité de déplacement et sa puissance de frappe, souligne Arnaud Clément".

Ayant très mal vécu cet épisode, il n'en a que plus savouré son triomphe dans "le tournoi le plus important de sa carrière ".

Like this: