Published: Ven, Juin 23, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Le sort de Bayrou reste en suspens — Remaniement

Le sort de Bayrou reste en suspens — Remaniement

Le parquet de Paris a ouvert le 9 juin une enquête pour "abus de confiance et recel" visant à déterminer si le MoDem avait employé des collaborateurs aux frais du Parlement européen où ils auraient occupé des emplois fictifs d'attachés parlementaires.

Outre M. Bayrou et Mme Goulard, le gouvernement d'Édouard Philippe formé il y a un mois comptait une autre centriste membre du MoDem, Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes. Après la démission, mardi, de Sylvie Goulard, ministre des Armées en raison de l'affaire des assistants parlementaire du Modem, François Bayrou a annoncé mercredi matin qu'il quittait le gouvernement.

Le Premier ministre a dit souhaiter "un gouvernement équilibré () avec des gens qui viennent de la droite, c'est mon cas, de la gauche, du centre, des gens dont la légitimité ne résulte pas d'un engagement partisan". Pour la toucher, l'ex-ministre ne doit pas avoir retrouvé une activité rémunérée.

"Sylvie Goulard a pris tout le monde de court hier, annonçant sa décision de ne " plus faire partie du gouvernement " par voie de communiqué".

Pour l'anecdote, le secrétaire général de la présidence, Alexis Kohler pourrait être amené à annoncer la composition du gouvernement Philippe 2 ailleurs que sur le perron du palais présidentiel, comme il est de tradition. Elle a expliqué démissionner pour pouvoir " démontrer librement [sa] bonne foi " dans une enquête judiciaire visant des emplois fictifs au sein du parti centriste MoDem, auquel elle appartient.

More news: Philippines : Des islamistes prennent des otages dans une école
More news: Trop mignons: voici les dernières photos des enfants de Kate et William
More news: Portugal 2-2 Mexique — Coupe des Confédérations

Demain, se tiendra " vraisemblablement " un Conseil des ministres, selon l'Élysée, avec à l'ordre du jour la loi antiterroriste qui doit prendre le relais de l'état d'urgence. Toujours est-il que le chef de l'État se débarrasse à bon compte d'un allié encombrant qui ne lui était plus vraiment utile.

Avant Mme Goulard, un autre ministre avait jeté l'éponge lundi.

Commentaire laconique de l'Elysée: "Le président a accepté sa démission et lui a indiqué qu'il respectait son choix".

Suite à ces quatre départs, de nombreux internautes, parmi lesquels l'humoriste et ancien candidat France Insoumise aux législatives, Gérald Dahan se demandent si les ministres démissionnaires vont toucher une retraite de ministre (parfois même à vie) après n'avoir servi qu'un seul mois.

Like this: