Published: Jeu, Juin 08, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

Le parquet ouvre une enquête préliminaire — Affaire Richard Ferrand

Le parquet ouvre une enquête préliminaire — Affaire Richard Ferrand

Une enquête préliminaire a été ouverte ce matin à l'encontre de Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, pour suspicion de népotisme. Il avait une première fois refusé de le faire.

Après ces révélations, le procureur de Brest avait estimé que les faits ne constituaient pas une infraction et ne permettaient pas d'ouvrir une enquête.

S'il a reçu à dîner son ministre de la Cohésion des territoires lundi soir à l'Élysée, le chef de l'Etat a choisi de rester en deuxième ligne, derrière Édouard Philippe qui, lui, a apporté officiellement son soutien à Richard Ferrand. Richard Ferrand en était alors le dirigeant et sa compagne propriétaire de la SCI dont elle n'a déposé les statuts qu'après le vote. Il a fixé des règles claires. "On est à l'intérieur de ces règles", a-t-on affirmé à Matignon. Cette situation est d'autant plus dommageable que l'affaire Ferrand vient désormais se superposer aux accusations d'emploi fictif lancées contre l'assistante de Marielle de Sarnez au Parlement européen. En déplacement à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique, le chef de l'Etat déclarait: "Je ne ferai pas de commentaire sur autre chose que ce pour quoi je vien". Difficile de voir dans cette transaction validée par les dirigeants des Mutuelles de Bretagne une simple affaire privée. Mercredi, il avait appelé en Conseil des ministres à "la solidarité, la responsabilité", selon le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, cité par l'AFP.

Les Républicains "se réjouissent que le parquet de Brest ait changé de pied et ait retrouvé son indépendance", a-t-il ajouté. Il s'est dit 'favorable' à une éventuelle enquête 's'il y a des éléments qui conduisent ou la justice, ou la police ou la gendarmerie à penser qu'il faut faire une enquête'.

"Tout le gouvernement de monsieur Macron est aujourd'hui en danger par la très forte suspicion de l'enrichissement personnel de monsieur Ferrand".

More news: Isolée, l'administration Trump s'en prend à l'Europe — Climat
More news: Le troisième auteur de l'attentat de Londres identifié
More news: Tennis: un pas de plus vers la réforme de la Coupe Davis

C'est l'enquête du Monde publiée mardi dernier qui a vraisemblablement poussé le parquet de Brest à réviser sa position.

"Je crois que, s'il n'obtient pas la démission de son ministre dans l'heure, le président de la République ne devient plus crédible". "Je pose la question: Monsieur Ferrand est-il à même de porter les réformes de son ministère avec suffisamment de crédibilité et de poids politique?"

"Je ne suis pas mis en cause par la justice", a répété à plusieurs reprises le député du Finistère sur France Inter, évoquant "un tintamarre médiatique". Doit-il démissionner? "Non (.) mais c'est à lui de prendre cette décision".

S'étonnant du "silence troublant du président de la République", le secrétaire général de LR Bernard Accoyer a estimé que le ministre devrait être "mis en retrait du gouvernement".

Like this: